Rubens cremieux : « nous aimerions organiser un meeting »

Autres informations / 15.11.2008

Rubens cremieux : « nous aimerions organiser un meeting »

 

La Société des courses de

Marseille accueille, ce samedi, la 13e étape du Défi du Galop.

Depuis cette année, les deux hippodromes de la Cité Phocéene, Borély

et Vivaux, ainsi que le centre d’entraînement de Callas, sont placés sous la

tutelle d’une seule société. Le Président en est Rubens Crémieux qui a accepté

de faire un tour d’horizon de l’actualité marseillaise.

 

JDG – Le Grand Prix de Marseille accueille

la 13e étape du Défi du Galop, comment jugez-vous le plateau ?

Rubens Crémieux – C’est une belle

étape avec de bons chevaux en lice. J’aurais aimé, malgré tout, avoir deux

partants de plus. S’ils avaient été douze au départ cela aurait été parfait.

Des locaux sont également au départ et c’est une belle satisfaction de les

voir, surtout qu’ils sont des chances de bien figurer.

 

Le Défi du Galop s’est encore plus ouvert

à l’Europe cette saison, qu’en pensez-vous ?

Je

ne suis pas de très près chaque étape, mais je trouve que cela est une bonne

chose. D’ailleurs, on pourrait presque renommé le Défi en Défi Européen du

Galop. Quand l’ouverture reste bien maîtrisée c’est une bonne chose. Les

courses suivent aussi le mouvement. Elles ne restent pas en retrait à l’heure

de la communauté européenne.

 

Concernant la société des courses de

Marseille, avez-vous des projets ?

Un

grand projet déjà réussi concerne le passage en une seule société. Maintenant,

nous aimerions, pour l’an prochain, lancer une grande réalisation :

construire une piste tous temps sur l’hippodrome de Vivaux. En cas de mauvais

temps (même si c’est rare !), cela permettrait une plus grande marge de

manœuvre pour déplacer des courses, soit d’un site à l’autre, soit de l’herbe

au sable. Cela déchargerait également la piste en herbe. Si ce projet voit le

jour, nous aimerions organiser un meeting sur une période de l’année qui reste

à définir.

 

Quid du centre d’entraînement de Callas

que vous gérez aussi ?

Le

centre ne doit pas être en reste. Un projet concerne la construction d’une piste

en sable à Callas, qui accueille tout de même 600 chevaux. Mais ce projet n’est

pas encore avalisé.

 

Comment s’organise la société des courses

de Marseille ?

Sachez

d’abord, qu’avec 80 jours de courses répartis équitablement entre Vivaux et Borély,

nous somme la société de courses provinciale, non géré par Paris, qui compte le

plus de réunions par an. J’ai, autour de moi, trois vice-présidents. Un pour

chaque hippodrome et un pour le centre d’entraînement. Derrière et en relais,

il y a bien sûr beaucoup de bénévoles.

 

En étant une société de province, loin de

Paris, cela ne doit pas être simple de mener des projets à leurs termes ?

Non,

il faut se battre pour se faire entendre. Car quand on dépend de Paris, les

projets voient plus vite le jour. Les changements et projets se réalisent plus

vite quand ils vous concernent directement. Nos projets ne concernent pas

Paris, alors… Nous sommes prêts à réaliser des choses, mais rien ne nous est

proposé…

 

Enfin, quel temps fait-il à

Marseille ?

Il a

plu un peu ces deniers temps et la piste, qui a été préservée, devrait être

excellente. Il y a du mistral depuis 48h et nous devrions avoir du soleil pour

samedi (aujourd’hui, ndlr). Les conditions devraient donc être bonnes, même

s’il y a un peu de vent. De toute manière, s’il n’y avait pas de mistral dans

le Sud, cela ne ferait pas typique !