Un marche ragaillardi

Autres informations / 28.11.2008

Un marche ragaillardi

Comme

à Goffs, les deux premiers jours de Newmarket furent tristes. Des prix

inconsistants et beaucoup d'invendus. Mais les foals présentés étaient de

faible qualité, et il s'agissait pour la plupart des vendeurs de s'en

débarrasser. N'oublions jamais que ce sont les animaux qui « font »

le marché.

Ce

jeudi de Tattersalls n'avait plus rien à voir avec la grisaille de la veille :

des foals plutôt bien nés, donc des modèles, et des acheteurs nombreux qui

inspectaient les animaux présentés. Et ce fut donc un vrai marché, avec des

prix en rapport avec celui des saillies : huit foals au-dessus de 80.000 Guinées,

soit au-dessus de 100.000 euros : c'est pas mal pour un jeudi de

Tattersalls.

Du

coup, tant les vendeurs que les acheteurs affichaient des sourires soulagés

d'acteurs heureux de pouvoir jouer leurs rôles. Certes, l'ensemble est en

baisse, mais le marché des foals résiste fort bien dès que la qualité est là.

D'ailleurs, chacun observait que ces huit foals, au prix supérieur à 100.000 euros,

étaient tous issus d'étalons confirmés : par ordre de prix, Galileo, Dalakhani,

Invincible Spirit, Nayef, Oasis Dream, Cape Cross, Green Desert. Contrairement

à la folie irlandaise, les étalons de première année, ceux que l'on guette, ont

fait afficher des prix respectables mais très inférieurs aux sires confirmés,

ce qui semble tout à fait logique : le marché va vers les valeurs sûres.

En

regard des chiffres, la baisse du prix moyen est équivalente à celle repérée

sur les marchés européens et américains : de l'ordre de 35%. Un résultat

prévisible et plus conforme que celui des 55% des premiers jours de soldes. Le

pourcentage des invendus est équivalent à celui des années précédentes. Nous

sommes donc en présence d'un marché qui fonctionne, mais sur un palier

inférieur à celui des années précédentes. Il faut s'y faire.