Wajir fait parler la classe

Autres informations / 13.11.2008

Wajir fait parler la classe

 

Mercredi 12 novembre, Saint-Cloud. En

cette fin de saison, l’aptitude au terrain lourd est essentielle voire même

indispensable. Pourtant, Wajir (Danehill

Dancer), n’a pas été à l’aise sur ce terrain mesuré à 4,7, ce qui ne l’a

toutefois pas empêché de gagner. « Anthony

(Crastus, son jockey, ndlr), m’a dit qu’il avait été gêné dans ce terrain

particulièrement lourd » nous a expliqué Elie Lellouche, entraîneur du

fils de Danehill Dancer. Ce dernier

a donc compensé par sa classe. « Il

fait partie des bons espoirs de l’écurie, expliquait son jockey après la

course. Je le préfère quand même en bon terrain. En tout cas, Wajir est

perfectible et devrait faire un bon 3ans. » Pour le moment, la saison

s’arrête ici pour lui : « Il va

passer un bon hiver à l’entraînement » nous a dit son entraîneur. Il

faut noter que, cette fois, Wajir ne s’est pas tendu derrière les stalles,

d’après Elie Lellouche, à la différence de ses deux premières sorties où il

était devenu nerveux avant le départ. Malgré cela, il possède un palmarès sans

tâche. En trois sorties, il compte deux victoires et une deuxième place.

Côté famille, Wajir fait partie de la branche

« W », celle du champion stayer Westerner.

Sa grand-mère, Walensee (Troy),

entraînée par Patrick Biancone, avait remporté le Prix Vermeille (Gr1) en 1985.

Quant à la mère de Wajir, War Game

(Caerleon) elle est lauréate, en 2000, du Prix Maurice de Nieul (Gr2). Il y a

donc de la tenue dans le pedigree maternel de Wajir ce qui, couplé à Danehill

Dancer (un flyer), donne un cheval capable de réussir sur 1.600m et plus.

D’ailleurs, pour Anthony Crastus, « il

devrait pouvoir aller sur plus long l’an prochain. »

 

Les

bons débuts de Capellanus

Trois débutants disputaient cette « B » et

la meilleure impression est à mettre à l’actif de Capellanus (Montjeu), qui s’est classé deuxième. Monté seulement

aux bras dans la phase finale, il a donné une bonne réplique au lauréat. Ce

poulain de belle famille [son arrière grand-mère, Aldivia (Chief Singer) a été élue « Broodmare of the

Year » en Irlande et en Italie] devrait faire un bon 3ans d’après son

entourage. Derrière le duo de tête, il faut noter les progrès de Right One (Anabaa), huitième pour ses

débuts et qui prend, cette fois, la troisième place. Ce propre frère de Rouvres (Prix Jean Prat, Gr1) fera un

bon 3ans. C’est le cas aussi pour Desertar

(Zamindar), qui n’a pas été à l’aise corde à gauche et a eu du mal à se mettre

sur la bonne jambe durant le parcours. Il avait bien débuté à Longchamp et

n’est pas à condamner sur sa performance de mercredi.