Dernier grand rendez-vous chez les trois ans aqps

Autres informations / 01.12.2008

Dernier grand rendez-vous chez les trois ans aqps

 

Lundi 1er décembre,

Lyon-Parilly. Dernière épreuve sélective du circuit de plat des AQPS, le

Prix du Tremblay réunit régulièrement un lot de bonne facture. Sa particularité

est de concentrer en majorité des chevaux entraînés dans le Centre-Est et ses

zones limitrophes. Du coup, ce sont les élevages régionaux qui se taillent

aussi logiquement la part du lion. La présente édition ne déroge pas à la règle

avec quelques belles origines du berceau Centre-Est en présence (lire aussi

« Les cinq de Decize »). Rossignol

des Boulats (Network), élevé dans la Nièvre, n’a couru que deux fois pour un score

quasi-parfait : deuxième en débutant puis gagnant. Sa victoire a été

signée à Paray-le-Monial. Il précédait alors Richemont (Raintrap). La petite réserve au sujet de Rossignol des

Boulats est qu’il n’a pas couru depuis le mois de mai. Pendant ce temps,

Richemont a eu le temps de gagner et –surtout – de prendre une quatrième place

dans l’important Prix Jacques de Vienne (course A), le 21 novembre. En

terminant à quatre longueurs de Rendons Grâce

(Video Rock), l’officiel numéro un de la génération, Richemont se présente ici

en « tête de série ». Rustic

(Rifapour) propose strictement le même profil que Rossignol des Boulats pour

ses deux sorties (2e et 1er). Elevé en Mayenne par

l’ancien cycliste professionnel, Yvon Madiot – frère de Marc –, Rustic devra

aussi être surveillé pour son ascendance paternelle. Son père, Rifapour (Shahrastani) réalise une

grande année chez les AQPS avec Ronaldo des Mottes et Quirta. Et la loi des

séries est aussi valable en élevage. Rustic est par ailleurs le frère de trois

lauréats en obstacle. Robbins (Dark

Moondancer) reste sur une victoire très aisée (quatre longueurs et demie) à Paray-le-Monial

et présente une trajectoire très ressemblante à celle de Rossignol des Boulats.

Rhode Island (Crillon) n’a couru

qu’une fois pour une deuxième place, à Clairefontaine en octobre. Le lauréat

avait pour nom Royal d’Arc (Le Triton). Estimé, ce dernier a pris part au Prix

Jacques de Vienne, y concluant sixième. En toute logique, cette ligne est donc

en défaveur de Rhode Island au regard de la performance de Richemont dans le

même Jacques de Vienne. Mais il faut aussi spéculer sur les progrès du fils de

Crillon. Autre candidat à n’avoir couru qu’une fois (2e), Rockwell (Beauchamp King) dépend d’une

la famille « d’Armaillé » à laquelle appartiennent Moulin Riche (Video Rock), Gintonique (Royal Charter), Edmond (Video Rock), Maorie Antique (Lute Antique) et Haitza (Video Rock).

 

Un titre

supplémentaire pour Saint-Voir ?

Déjà détenteur du meilleur 3ans de la génération avec

Rendons Grâce, le haras de Saint-Voir est aussi co-propriétaire de Rahan de Marcigny (Network). Lauréat de

sa seule sortie publique, ce protégé d’Emmanuel Clayeux a fait forte

impression. Rattaché à une jument souche de l’élevage nivernais

« Trinquet », Midinette (Verdi), Rahan de Marcigny est apparenté à Satin Noir (Polonium) et Emir Noir (Quart de Vin). Il faudra

juste que ce 3ans qui a débuté tard (le 23/11) ait bien récupéré de sa sortie.

 

Reine de

Marboeuf : huit ans après ?

Fille de la bonne Java

de Marboeuf (Cyborg), Reine de

Marboeuf (Discover d’Auteuil) essaiera de faire aussi bien que sa mère, titulaire

du Prix du Tremblay en 2000. Après une victoire en débutant, Reine de Marboeuf

a été dominée dans le Prix Jim Albert et Jacky Turnbull, bonne épreuves pour

les seules pouliches.

 

Les cinq de Decize

Pas moins de cinq candidats ont pris part au concours

interrégionale de Decize 2007. Sans compter ceux qui ont pu être présentés mais

non pas été retenus pour la finale interrégionale. Il s’agit, dans l’ordre du

programme, de Rossignol des Boulats

(Network), Robbins (Dark

Moondancer), Rockwell (Beauchamp

King), Rahan de Marcigny (Network)

et Rafale Tennise (Shaanmer).