Les français face à une forte coalition locale

Autres informations / 14.12.2008

Les français face à une forte coalition locale

 

HONG KONG MILE

Depuis Jim and Tonic (Double Bed) en 1998, aucun français

n’a pu inscrire son nom au palmarès du Hong Kong Mile (Gr1). Cette absence peut

être comblée grâce à Natagora (Divine Light) et Spirito Del Vento (Indian

Ridge), candidats à cette épreuve cette année. Mais ils devront sortir le grand

jeu face à une forte coalition locale et des étrangers aux dents longues…

On ne peut rien reprocher à la belle Natagora, de tous les

combats cette année. Elle donne le meilleur d’elle-même en chaque occasion et

il faut de nouveau attendre une belle performance de sa part dimanche. Mais

elle devra encore se surpasser pour inscrire un 3e Gr1 à son palma-rès. C’est

la seule femelle et la seule 3ans dans cette épreuve, ce qui complique sa

tâche.

Spirito Del Vento revient à Hongkong pour disputer cette

course dont il a pris la sixième place l’an dernier. Cette sai-son, il a montré

qu’il n’avait rien perdu de sa pointe de vitesse finale qui lui permet – en

général – de faire la dif-férence. Il aura besoin d’une course avec du rythme

et devra avoir un bon déroulement de course (c’est un atten-tiste) pour pouvoir

jouer un tout premier rôle. S’il est dans un grand jour, il faut s’attendre à voir

une "flèche bleue" finir en trombe.

Côté français, on pourra également compter sur Christophe

Soumillon, qui sera en selle sur l’une des stars locale – et tenant du titre de

cette course, Good Ba Ba (Lear Fan). Le jockey belge sera associé au cheval Hongkongais

de l’année 2007 pour la première fois.

Les Américains délèguent Kip Deville (Kipling), deuxième de

la championne Goldikova (Anabaa) dans le Breeders’ Cup Mile (Gr1), tandis que

le Japon comptera sur Super Hornet (Rodrigo de Triano), battu par le futur

lauréat du Japan Cup (Gr1) lors de sa dernière tentative. Enfin, atten-tion à

Laa Rayb (Storm Cat), que nous avons vu gagner le Prix Quincey (Gr3) à

Deauville, cet été, dans un style qui rappelait le Tamayuz (Nayef) des grands

jours. C'est-à-dire en force et en partant de loin.