Marchand d’or n’a pas eu l’inspiration

Autres informations / 15.12.2008

Marchand d’or n’a pas eu l’inspiration

HONG KONG SPRINT

Sixième. A première vue, ce classement de Marchand d’Or

(Marchand de Sable) dans le Hong Kong Sprint (Gr1) n’est pas très flatteur

quand on connait sa qualité. Mais le hongre, entraîné par Freddy Head, n’a pas

bénéficié d’une ligne droite limpide, devant changer de ligne à quatre cents

mètres de l’arrivée. Essayé un moment en pleine piste, il a ensuite été

redirigé vers la corde par Davy Bonilla. Tout n’était pas perdu à ce moment,

aux trois cents mètres. Il a disposé de l’espace et de la distance nécessaire

pour gagner. Mais il n’a jamais été en mesure de passer sa vitesse de pointe

habituelle, cette sorte de surmultipliée qui lui permet de refaire plusieurs

longueurs dans les deux cents derniers mètres. Marchand d’Or a dû abdiquer

comme "englué" à la corde, laissant la gloire à l’outsider

Inspiration (Flying Spur). Proposé à 131-1 en France (67-1 à Hongkong),

Inspiration confirme l’hégémonie des chevaux élevés en Australie dans cette

épreuve, titulaires de toutes les victoires depuis sa création.

Un Marchand d’Or émoussé

Autant l’écrire. Avant le coup, les Français comptaient

beaucoup sur Marchand d’Or et espéraient une victoire de sa part. Ce n’était

même plus une espérance, c’était même "couru" ! Mais aux courses, rien

n’est jamais gagné d’avance. La preuve. Néanmoins, on ne peut en vouloir au

formidable représentant de la famille Giral, qui a réalisé une saison en tous

points exceptionnelle, auréolée de trois victoires de Gr1. Cette fois, outre

son parcours pas complètement limpide dans la ligne d’arrivée – mais est-ce

vraiment une excuse pour cet extrême finisseur ? –, il faut signaler qu’il

revenait sur un tracé avec tournant. L’hippodrome de Sha Tin ne lui réussit

pas, puisque l’an dernier, il s’était déjà classé sixième de cette course. Davy

Bonilla, à chaud, commentait : « Je n’ai aucune excuse à invoquer. Il a eu une

saison longue et un break aurait pu faire une différence.

Un Marchand d’Or émoussé

La partie initiale de son parcours s’est très bien passée.

Il s’est retrouvé à mi-peloton, à côté du futur lauréat. Après s’être rapproché

en dedans dans le tournant, la ligne droite sera moins limpide. Toutefois, on

notera que pour finir, Sunny Power (Honour and Glory) est "revenu" le

refaire, alors que Marchand d’Or avait pris sa mesure à mi-ligne droite. Ce qui

est sûr, c’est que le fils de Marchand de Sable n’a pas placé pour finir le

même coup de reins que dans le Maurice de Gheest (Gr1) ou le July Cup (Gr1).

Davy Bonilla est revenu sur le fil de sa course. « Je l’ai trouvé anormalement

tendu devant les boîtes de départ. D’habitude, il se rend en piste, monté, seul

avant les autres mais ici ce n’est pas autorisé. Il a perdu de l’influx avant

l’épreuve. Pendant le parcours, il a pu galoper détendu sans être gêné par la

présence de ses rivaux. Au début de la ligne droite, j’ai voulu progresser en

dehors, mais je n’avais pas le "gaz" pour forcer le passage. Ensuite,

en dedans, il a bien eu son jour mais n’a pas franchement accéléré, ne donnant

pas son coup de rein habituel. Je suis fortement déçu. Néanmoins, il ne

termine, quand même, pas si loin. Le terrain léger ne l’a pas aidé. »

Une seime qui resurgit

La question du terrain a aussi été évoquée par Freddy Head.

L’entraîneur a, par ailleurs, révélé qu’une seime a fait sa réapparition. Il

s’agit là d’un ancien mal chronique, mais maîtrisé ces derniers mois, de

Marchand d’Or. « Il a bénéficié d’une bonne course, a galopé détendu mais

n’avait pas d’influx. A noter à sa décharge qu’après la course, aux écuries, il

avait le pied en sang car sa seime s’est ouverte. Aujourd’hui, le terrain était

trop léger pour lui. »

La course du siècle de Darren Beadman

Personne n’attendait Inspiration, même son entraîneur John

Moore qui déclarait, surpris : « Je l’ai mis dans cette course à la dernière

minute. Nous ne prévoyions pas qu’il aurait une invitation pour courir ici. Je

me pince toujours pour savoir si nous avons gagné ! Mais cela montre bien ce

qui peut se passer, aux courses, quand vous avez un cheval prêt et un grand

jockey. Darren Beadman a monté la course du siècle. » Inspiration comptait

surtout cette année une victoire dans un gros handicap alors qu’il portait le

top-weight. Dans les grandes épreuves, il avait toujours affiché ses limites

jusqu’à présent.

John Moore est un entraîneur de premier plan à Hongkong.

Actuel tête de liste, il fait confiance au jockey australien Darren Beadman,

qui compte plus de 80 victoires de Gr1. Cela fait maintenant plusieurs saisons

que ce dernier figure aux meilleures places dans le classement des jockeys

hongkongais.

Olivier Doleuze battu de peu

L’arrivée de ce sprint a été digne d’une arrivée de

handicap. Le jockey français Olivier Doleuze a échoué de peu avec Green Birdie

(Catbird). Après la course, il regrettait que le cheval de tête, Mythical

Flight (Jet Master), n’ait pas cédé assez tôt, car Sunny Power a mis du temps à

prendre sa mesure alors que c’est un cheval qui gagne du moral en progressant

sur ses adversaires. Le jockey français espère « pouvoir être de nouveau

associé à Green Birdie dans le Stewards’ Cup le mois prochain. »

Autre favori de l’épreuve, l’australien Apache Cat (Lion

Cavern), a terminé troisième. Ce qui a amené le commentaire imagé de son jockey,

Corey Brown : « Il n’y a pas d’excuses à invoquer sinon que nous n’avions pas

assez de carburant dans le réservoir aujourd’hui ! »