Obstacle : le bilan des 48 groupes

Autres informations / 03.12.2008

Obstacle : le bilan des 48 groupes

Dimanche, Auteuil a

accueilli les derniers Groupes de l’année en obstacle. Le moment est donc venu

de dresser le bilan de ces épreuves de sélection par excellence. Au-delà des

individualités, ce sont des « communautés » qui se sont révélées au

fur et à mesure de l’année. C’est dans cet esprit que nous avons mis en avant l’excellente

année des femelles, la réussite des entraîneurs de province et le bilan

honorable des AQPS. Il est ici question des 48 Groupes français en obstacle, la

très grande majorité ayant lieu à Auteuil. Seuls trois ont pour cadre Enghien

(un Gr2 et deux Gr3), un Cagnes-sur-Mer (un Gr3) et un Pau (un Gr3).

 

Huit

Groupes pour François-Marie Cottin

Avec huit Groupes, dont

quatre Gr1, François-Marie Cottin réussit une année extraordinaire. Il n’avait

remporté, l’an dernier qu’un Gr2. La séparation d’Arnaud Chaillé-Chaillé avec

l’ex-armada de Sean Mulryan, lui est évidemment préjudicable. Lauréat de

dix-sept Gr, rien qu’à Auteuil en 2007 – dont cinq Gr1, il comptabilise cette

année un Gr2 et un Gr3. Philippe Peltier a vécu une année parfaite avec quatre

Groupes, dont un Gr1, tous signés par Monoalco (Dom Alco). Marie-Laëtitia

Mortier a eu la joie d’enregistrer son premier Gr2 grâce à Misérable (Discover

d’Auteuil).

 

Les

femelles font de la résistance

Quatorze Groupes ont été

remportés par des femelles. Parmi ces quatorze, on note que deux épreuves

seulement étaient réservées au sexe dit faible. Loulia (Cricket Ball) a signé trois victoires de Groupe, les trois préparatoires

au Prix Maurice Gillois (Gr1), épreuve dans laquelle elle a terminé deuxième

derrière Oculi (Denham Red). Mais la

plus belle victoire féminine cette année en France, est la deuxième victoire de

Princesse d’Anjou (Nononito),

héroïne du Grand Steeple Chase de Paris. Zarkava

(Zamindar) a remporté la plus belle épreuve en plat, Princesse d’Anjou celle en

obstacle… Le sexe faible devrait rapidement trouver un autre

qualificatif ! Santa Bamba

(Saint des Saints) et Grivette

(Antarctique) ont brillé dans deux Groupes. Si, il y a quelques années, les

femelles n’étaient pas souvent à l’honneur face aux mâles et hongres, ce n’est

plus le cas désormais. Les efforts de France Galop pour maintenir les pouliches

et les juments d’obstacle à l’entraînement, en leur créant un programme qui

leur est réservé, sont en quelque sorte récompensés.

 

Les

AQPS face aux purs : un bilan honorable

Sur les 48 Groupes

français disputés en obstacle, dix ont été remportés par six AQPS différents.

Parmi ces dix Groupes, on compte six Groupes 3, deux Groupes 2 et deux Groupes

1. Les AQPS ont, en 2008, particulièrement brillé en haies avec les quatre victoires

au crédit de Monoalco (Dom Alco) et les

deux remportées par Questarabad

(Astarabad).

De plus en plus près du

sang par le jeu des croisements et l’apport de sang « pur », les AQPS

deviennent de plus en plus compétitifs dans tous les différents segments de la

compétition. Néanmoins, c’est bien encore au sein des épreuves réservées aux

chevaux d’âge que les demi-sang sont les plus présents : dans le Prix La Haye Jousselin

(Gr1), remporté par le pur-sang Remember

Rose, on comptait cette année pas moins de sept AQPS au départ – sur les onze

candidats.

 

Paris/Province :

les provinciaux tiennent bon

La province apporte une

réplique de plus en plus solide aux chevaux parisiens dans la discipline de l’obstacle.

Quinze victoires sont revenues à des entraîneurs provinciaux. Philippe Peltier,

lauréat du Grand Prix d’Automne (Gr1) avec Monoalco

(Dom Alco), et Guillaume Macaire, gagnant du Prix Cambacérès (Gr1) avec Long Run (Cadoudal), ont apporté de

l’eau au moulin de l’entraînement en province.

Les centres

d’entraînement de Chantilly et de Maisons-Laffitte restent néanmoins largement

en tête à l’heure du bilan. Leurs représentants ont enlevé 31 Groupes sur les

48 (16 pour Maisons-Laffitte et 15 pour Chantilly). Les leaders des deux grands

sites se sont partagés la moitié des 31 Groupes. Jean-Paul Gallorini, entraîneur

leader à Maisons-Laffitte, compte six victoires dans les Groupes alors que François-Marie

Cottin a signé huit succès dont le plus beau : le Gras Savoye Grand

Steeple Chase de Paris (Gr1) avec Princesse

d’Anjou (Nononito). Et il faut rappeler que l’entraîneur et son fidèle

propriétaire, Jean-Paul Sénéchal, auraient dû réaliser le doublé avec Louping

d’Ainay (Saint Preuil) au premier accessit. Même si l’histoire fera son travail

de sape pour l’effacer de la mémoire.

 

Deux

singuliers visiteurs

Deux chevaux entraînés à

l’étranger se sont imposés dans une course de Groupe à Auteuil, cette année. Hurricane Fly (Montjeu) a fait sien le

Prix de Longchamp (Gr3), pour l’entraînement de l’irlandais, Willie Mullins

tandis que l’allemand Atamane

(Winged Love) a empoché le Prix Léon Orly-Roederer (Gr2). Ainsi, le

pensionnaire de Mario Hofer a brisé un écart de 34ans dans l’épreuve : la

dernière victoire allemande, à ce niveau, remontait à Toronja (Blauer Reiter) en 1974 dans le « Maurice

Gillois » (Gr1). Le grand Week-End International de l’obstacle n’a attiré

que deux concurrents étrangers : l’allemand Atamane, deuxième du Grand Prix d’Automne (Gr1), et l’italien, Sharstar (Lando), arrêté dans le Prix

Maurice Gillois. Un constat s’impose bien sûr ici : les calendriers anglais

et irlandais ne se marient pas – encore ? – avec le programme établi par

France Galop.