Remember rose est le numéro un

Autres informations / 01.12.2008

Remember rose est le numéro un

Dimanche 30 novembre, Auteuil. Plus

de doute. Lauréat du Prix La

Haye Jousselin (Gr1), Remember

Rose (Insatiable) a confirmé qu’il

était le meilleur 5ans cette année sur le steeple en faisant sien le Prix

Georges Courtois (Gr2). Et du même coup le meilleur steeple-chaser d’âge

derrière Princesse d’Anjou (Nononito), lauréate du Grand Steeple-Chase de paris

(Gr1). Remember Rose a, de nouveau, battu ceux qu’il avait précédés durant

l’automne et le printemps tout en prenant la mesure de celui que tout le monde

attendait de voir à ce niveau : Jean

d’Angely (Pelder), finalement

quatrième. « C’était le meilleur

3ans [Prix Congress], le meilleur 4ans [Prix Ferdinand Dufaure], il est

aujourd’hui le meilleur 5ans ! », lance Jean-Paul Gallorini dans

le rond, avant l’arrivée de Remember Rose. Virevoltant, sur des charbons

ardents, l’entraîneur était dans un état mêlant satisfaction et excitation. Il

est vrai que l’entraîneur n’a jamais douté de la grande qualité de son

pensionnaire. Et il a été agacé, cet automne, par le manque d’estime dans

lequel a longtemps été tenu son champion dans les medias. Tous ceux qui n’ont

eu de cesse d’éclairer avec insistance son tombeur potentiel, Jean d’Angely, en

ont pris pour leur grade. « « Ils »

s’aperçoivent aujourd’hui que c’est un crack, » complétait

l’entraîneur. Et de fait, aucun des

dix candidats du Prix Georges Courtois n’a fait frémir le champion de l’écurie

« Gallorini ». Les plus dangereux, Musica Bella (Bateau

Rouge) et Louping d’Ainay (Saint Preuil), se sont donnés

la réplique pour décrocher le premier accessit, finalement remporté par la

jument.

 

L’étincelle de Remember Rose

Prenant la tête et la corde dès

le début du parcours, Remember Rose n’a jamais été en difficulté. Parfait dans

ses sauts, il a fait parler sa classe de plat – et son aptitude au terrain

lourd – pour repousser facilement l’attaque de Musica Bella, venue très bien

finir du côté des tribunes. Le lauréat a pu souffler dans le tournant final et

se montrait d’autant plus irrésistible à la fin. « Ils » disaient que Remember Rose n’avait pas l’étincelle… Moi,

je ne suis que l’entraîneur. Avec Christophe Pieux, son jockey, nous exploitons

un crack.» Il faut d’ailleurs souligner que Christophe Pieux épinglait

grâce à Remember Rose le Prix Georges Courtois pour la première fois. Il y a

trois semaines, c’est le Prix La Haye

Jousselin que le cheval avait « livré » au

champion-jockey.

 

Irréprochables « Cottin »

Les deux pensionnaires de

François-Marie Cottin, Musica Bella et Louping d’Ainay, se sont montrés très

courageux pour prendre les deux premiers accessits. « La belle » a

été particulièrement remarquable. Deuxième du Prix La Haye Jousselin, mais

également deuxième sur les haies du Prix Léon Orly-Roederer (Gr2), elle prend

une troisième deuxième place au plus haut niveau dans les deux disciplines en

l’espace de quatre semaines. « Elle

s’est calmée et elle peut donc être placée plus près dans le parcours, nous

a expliqué David Cottin, son jockey

qui ne l’avait pas monté depuis un an. C’est indispensable dans ce terrain-là car

il est difficile de revenir. »

 

Louping d’Ainay et Musica Bella : vers le sud avant de traverser la Manche

« Aujourd’hui, j’y ai cru, surtout lorsque Musica Bella est

repartie, mais Remember Rose en a fait de même, nous a avou François-Marie

Cottin. Louping d’Ainay et Musica Bella vont

être tous les deux engagés dans le Gold Cup (Gr1, Cheltenham) et dans le Grand

National (Gr3, Aintree). Musica Bella va partir en vacances à Cagnes et si elle

est bien, elle courra peut-être une fois. Louping d’Ainay ira, pour sa part, à

Pau où il pourrait disputer le Grand Steeple. Mais rien n’est encore

arrêté. »

 

Jean d’Angely, trop tendre

Depuis sa première victoire en

steeple, il y a un an, dans le Prix de Tricquerville (L), Jean d’Angely n’avait

plus jamais connu la défaite. Il portait ainsi son nombre de victoires

consécutives à quatre. Mais le lauréat 2007 du Prix Morgex (Gr3) ne s’était pas

encore frotté aux meilleurs chevaux d’âge. Il a effectué une magnifique

campagne 2008 tout en disposant  des

combats amplement à sa portée. Sa classe ne fait aucun doute au regard du style

de ses succès précédents. Et là encore, Jean d’Angely a été impressionnant dans

ses sauts et la fluidité de son geste. Venu avec des ressources dans le dernier

tournant, il n’a pourtant pu accélérer efficacement. Comme un cheval qui

découvre pour la première fois une résistance inhabituelle et qui ne sait pas

encore qu’il faut « se faire mal » pour aller les chercher. Il s’git

certainement d’une vraie et bonne leçon pour l’alezan comme l’analysait Robert

Danloux, son propriétaire et frère de l’entraîneur, Frédéric. « Il court bien en étant battu par

trois très bons chevaux, a déclaré. Cette course va permettre d’endurcir non

seulement mon cheval, mais aussi mon jockey [Fabien Dehez]. »

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.