Un bilan sanitaire de l’élevage en france

Autres informations / 06.12.2008

Un bilan sanitaire de l’élevage en france

 

A quelques heures de la vente d’élevage d’Arqana Deauville, vendredi

à 17h, le syndicat des éleveurs a organisé une réunion sur le thème générique des

obligations et du suivi sanitaires. Bernard Ferrand, président du Syndicat,

avait tenu à communiquer au moment de cette dernière vente de l’année – la plus

en prise avec l’élevage. Tim Richardson, responsable de la commission sanitaire

du syndicat a également œuvré au bon déroulement de ce rendez-vous.

C’est sous la tente du village des étalons que se sont

retrouvés intervenants et participants.

Cette réunion concernait tous les acteurs de l’élevage, tant

les étalonniers que les propriétaires de juments. Pour les premiers, il a été

rappelé que le test de coggins est devenu obligatoire tous les trois ans pour

les étalons – en remplacement d’un intervalle de cinq ans. Pour les seconds, une

communication a rappelé que l’obligation de la vaccination contre la rhinopneumonie

est devenue effective pour toutes les poulinières en 2009.

 

Le suivi sanitaire

Le docteur-vétérinaire Bénédicte Ferry, des Haras Nationaux,

a dressé un bilan de l’état sanitaire de l’élevage français en 2006 et 2007. Un

état non finalisé a été aussi proposé sur 2008, sachant que toutes les données

ne sont pas encore disponibles. Ce bilan s’est, en grande partie, appuyé sur le

décryptage des contrôles sanitaires.

 

Informatisation pour

une modernisation des procédures

2009 verra le lancement, sous forme d’expérimentation,

d’applications logicielles spécifiques dédiées à l’élevage.

1- L’identification des prélèvements sanitaires (métrite et

artérite virale) sera automatiquement enregistrée et associée à l’identité de

chaque cheval, via le numéro sire et le numéro de puce. Un système de code

barre permettra d’individualiser chaque échantillon. Au bout de ce processus, le

système de communication associé donnera la possibilité à un propriétaire, un

vétérinaire ou un étalonnier d’accéder, à distance, aux résultats d’un

prélèvement. Ce système va permettre une meilleure diffusion des résultats des

prélèvements sanitaires entre les acteurs qui en ont besoin, en des lieux et

des moments différents.

2- Une application spécifique est en cours d’expérimentation

pour modifier et simplifier les obligations déclaratives annuelles liées à un

étalon. D’une année sur l’autre, l’étalonnier n’aura plus à répéter, comme

antérieurement, les mêmes déclarations.

 

Les Haras nationaux jouent un rôle majeur dans ces

différents projets. Bénédicte Ferry était ainsi accompagnée d’Emilie Goulas,

responsable du dossier informatique. L’aspect proprement développement est

assuré par Pascal Dhermy.