Jumelé « rouget » sous les palmiers

Autres informations / 15.01.2009

Jumelé « rouget » sous les palmiers

CAGNES-SUR-MER, Mercredi 14 janvier

Réservé aux inédits, le Prix des

Palmiers, sur les 1.600m de la piste en Polytrack, a vu la nette domination des

pensionnaires de Jean-Claude Rouget. Bellinissimo (Hawk Wing) a fait une

véritable démonstration pour s’imposer aisément, précédant son compagnon

d’entraînement History Boy (Grand Slam), très appliqué. Le troisième

« Rouget », Mad Master (Tale Of The

Cat) a terminé dans une plaisante action à la quatrième place. C’est Max In

Love (Pyramus) qui a brisé la suite « Rouget » en terminant troisième.

Bellinissimo est un poulain qui

apprécie le sable. Des fondements à cette aptitude peuvent être trouvés dans

son origine paternelle : Hawk Wing, représentant de la lignée mâle de Woodman.

MILLE ÉTOILES ET STREET ROMANCE SUR

LA MÊME LIGNE

Une heure et demie après le Prix des

Palmiers, l’écurie Rouget s’est de nouveau mise en avant dans le Prix Cheret,

grâce à Mille Étoiles (Malibu Moon). La partenaire de Ioritz Mendizabal s’est

rapprochée le long de la corde pour venir partager la victoire avec Street

Romance (Street Cry), qui s’est remarquablement défendue en pleine piste. Mille

Étoiles a offert à Jean-Claude Rouget sa quatrième victoire du meeting cannois,

tandis que Street Romance a apporté à David Smaga son premier succès du meeting

sur l’hippodrome de la Côte d’Azur.

Mille Étoiles est une petite-fille

de la championne américaine des 2ans, Smart Angle (Quadrangle), lauréate à cet

âge de quatre Groupes 1 dont les fameux Frizette Stakes (Gr1). Le peu connu en

France Malibu Moon (A.P.Indy), père de Mille Étoiles, est pourtant un étalon

respecté aux Etats-Unis, à 40.000$ la saillie. Surtout, c’est un fils de

Macoumba (Mr Prospector), lauréate chez nous du Prix Marcel Boussac (Gr1), et

elle-même fille de la championne Maximova (Green Dancer).

La famille maternelle de Street

Romance est riche en blacktype, sous sa deuxième mère, Frénétique (Tyrant).

Achetée 67.000€ yearling en août 2007 par Paul Nataf, Street Romance a couru en

progrès après sa huitième place initiale à Saint-Cloud, en novembre. Le

changement de surface, en digne fille de Street Cry (Machiavellian), détenteur

d’un Dubaï World Cup, a peut-être joué en sa faveur

ESPOIR DE KERBARH CONTRE DES

SPÉCIALISTES DE PAU

Le Prix de la Navarre, course à

conditions sur les haies, est la cible d’un bon cheval, Espoir de Kerbarh

(Poplar Bluff). Entraîné par Christian Scandella, ce lauréat de Listed sur les

haies d’Enghien, découvrira la piste paloise. Mais il a affiché une belle forme

pour prendre le premier accessit sur les haies de Cagnes, d’une course au

profil similaire. À l’aise sur toutes sortes de tracés, il a l’occasion de

renouer avec la victoire, qui le fuit depuis le 20 mai 2007.

Homme de Juilley (Jeune Homme)

connaît la piste paloise et s’est imposé sur le tracé proposé ce jeudi. Cheval

polyvalent et éclectique, le pensionnaire de Jean-Luc Guillochon a connu une

absence d’un an et demi, entre mars 2006 et septembre 2007. S’il répète sa

vraie valeur, il devrait jouer un bon rôle dans cette compétition.

Delos (Spectrum) dépend du

redoutable entraînement de Jean-Pierre Totain. Il a, lui aussi, gagné sa course

à Pau sur les haies. Quatrième pour sa rentrée au Pont-Long, ce cheval capable

d'une belle fin de course a une qualité suffisante pour enlever une course

comme le Prix de la Navarre.

Pensionnaire de Michel Roussel, dont

les protégés sont en grande forme, Ivory Rock (Baryshnikov) a effectué une

honnête carrière en plat dans les handicaps. Barré dans cette discipline, il a

été logiquement dirigé vers les obstacles. Arrêté pour ses premiers sauts, il a

conclu cinquième dans un bon lot, derrière Delos, pour sa seconde sortie.

L’Élu (Lomitas) est très bien né. Il

est le propre-frère de Cosmographe (Lomitas) et le frère utérin de Magnus

(Roakarad) vainqueur du Grand Prix d’Automne (Gr1) en 2001, à Auteuil. Estimé

en début de carrière sur les obstacles et gagnant sur les haies paloises, le

pensionnaire de Jacques Ortet a été arrêté pendant dix-sept mois. Il pourrait

rattraper le temps perdu, d’autant qu’il compte deux premiers accessits dans

des Listeds, sur les haies d’Auteuil et de Pau.

Notons qu’un frère utérin de

Chopastair (Astair), double vainqueur de Groupes 3 en plat sera au départ :

Verychop (Sin Kiang). Egalement entraîné par Thierry Lemer, Verychop a couru

dans des lots moyens du Sud-Ouest, mais peut se révéler sur le site palois —

qu’il découvrira.

UN 14/20 POUR NABUCCO DE BRÉJOUX ?

Le Prix Charles de Ginestet devait

avoir lieu la semaine passée. En raison des intempéries, il a été déplacé à ce

jeudi. Déjà lauréat de treize courses sur les dix-neuf qu’il a disputées,

Nabucco de Bréjoux (L’Escalator), pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé,

tentera d’ajouter une nouvelle victoire à son incroyable palmarès et de

confirmer ainsi son leadership sur les courses d’obstacles réservées aux anglo-arabes.

D’autant plus que celui qui l’avait devancé dans cette course l’an passé,

Osquich de Collongues (Feu Ardent), ne courra finalement pas.