Les aga khan quittent l’ecurie fabre

Autres informations / 20.01.2009

Les aga khan quittent l’ecurie fabre

La trentaine d’élèves de l’Aga Khan entraînés par André

Fabre à ce jour vont quitter cette écurie dès la semaine prochaine. Ils seront

dispatchés entre les autres professionnels déjà au service de l’emblématique casaque

vert et

rouge, à savoir Alain de Royer Dupré, Jean-Claude Rouget et

Guy Henrot, mais aussi chez deux jeunes entraîneurs cantiliens dont l’identité

sera révélée dans les prochains jours. Le lot est composé pour moitié de 2ans

qui s’apprêtent à entamer leur première saison à l’entraînement. Parmi les

poulains de l’écurie les plus en vue l’an dernier, Shediak (Selkirk) a quitté

récemment les boxes d’André Fabre pour rejoindre ceux de Richard Mandella aux

USA (« le 19 janvier » selon le site Internet d’Aga Khan Studs) suite à son

achat par le propriétaire américain Paul Boghossian. L’entraîneur était aussi

responsable des 3ans de 2007 Sageburg (Johannesburg), Kaloura (Sinndar),

Vadapolina (Trempolino), etc. Interrogé au sujet des raisons qui ont motivé

cette décision, Georges Rimaud, manager des écuries de l’Aga Khan, a simplement

précisé que cette séparation entre l’éleveur-propriétaire et l’entraîneur, tous

les deux têtes de liste dans leur collège respectif en 2007, était due à des «

désaccords opérationnels ». Les deux hommes ont entamé leur coopération en mars

2005 lorsque l’Aga Khan a racheté les actifs hippiques de Lagardère Élevage,

dont l’entraîneur principal était André Fabre. La majeure partie des chevaux

issus de l’élevage de Jean-Luc Lagardère restait dans ses boxes. Ensemble, les

deux hommes allaient remporter le Prix d’Ispahan (Gr1) deux mois plus tard avec

Valixir, également au palmarès des Queen Anne Stakes (Gr1) cette saison-là.

Vadawina s’était entre-temps imposée dans le Prix

Saint-Alary (Gr1) tandis que Carlotamix (Linamix) terminait la saison par une

victoire dans le Critérium International (Gr1).

Favori pour le Derby d’Epsom 2006 (Gr1), Visindar (Sinndar)

allait également donner de gros espoirs à son entourage, mais il allait

terminer cinquième du classique anglais. En 2007, André Fabre ne renouvelait

pas sa confiance à Christophe Soumillon, sous contrat avec l’écurie de l’Aga

Khan, pour laquelle le jockey continuait néanmoins de monter invariablement, quels

que soient les entraîneurs concernés, y compris Fabre.

L’Aga Khan s’est très rarement séparé d’un de ses

entraîneurs. Au décès de son père Aly Khan, il a renouvelé sa confiance à Alec

Head avant de se tourner vers François Mathet, auprès duquel il a souvent

déclaré avoir beaucoup appris d’une activité qui, là encore selon ses propres

dires, le passionnait jusqu'alors moins que son père. Lorsque François Mathet a

disparu, c’est à Alain de Royer Dupré, qui entraînait déjà pour l’écurie, que

l’Aga Khan a choisi de confier ses principaux actifs hippiques. À la fin des

années 80, l’Aga Khan avait retiré tous ses chevaux à l’entraînement de

Grande-Bretagne en raison des défauts de procédure qui avaient émaillé la

disqualification d’Aliysa dans les Oaks 1989. De retour en Angleterre quelques

années plus tard, il s’était séparé de Luca Cumani en 1999 lorsque celui-ci,

ayant été contrôle deux fois positif en 1998, n’avait pu satisfaire aux exigences

de l’éleveur-propriétaire en matière de suivi vétérinaire et de contrôle dans

l’écurie de l’entraîneur.

Reste à savoir comment André Fabre s’organisera pour

remporter un 22e titre comme entraîneur en 2008. Malgré le soutien de nombreux

propriétaires, notamment outre-Rhin, l’apport régulier de poulains de premier

plan issus de l’élevage Lagardère puis de celui de l’Aga Khan contribuait pour

beaucoup aux résultats de l’écurie. Toutefois, le premier des 21 titres

français d’André Fabre remonte à 1987, huit ans avant que Jean-Luc Lagardère ne

se tourne vers lui.

La famille de l’Aga Khan, elle, est au sommet de l’élevage

européen depuis 1924, date de son premier titre en Grande-Bretagne.

Au fond, leurs chemins auraient pu ne jamais se croiser