Oliviero au haras en france

Autres informations / 07.01.2009

Oliviero au haras en france

L’accueil d’Oliviero (Vaguely Pleasant) par

un haras français se double d’une

seconde nouvelle : la mutation

du haras de Bougy, qui passe de terre d’élevage de trotteurs à un domaine dédié aux pur-sang.

C’est Didier Lequesne, le père du jockey d’obstacle Elwis, qui a pris en main la destinée

de ce lieu au début du mois de juillet.

 

Oliviero, de retour de Belgique

Âgé de 15ans, Oliviero n’a pas vraiment

été exploité jusque là. Avec seulement 46 produits

référencés, l’étalon n’est pas usé.

Son propriétaire, Marc-Elie Uzan, avait vécu

de grands moments avec Oliviero en 1995 : son représentant s’était classé troisième du Critérium de

Saint-Cloud (Gr1). En 1996, après une victoire au niveau Listed

(Prix Marcel Caillault), Oliviero obtenait la cinquième place du Prix du Jockey-Club (Gr1), dead-heat avec… Hélissio (Fairy King). Il s’agit donc maintenant de le relancer

dans sa carrière d’étalon. C’est ce à quoi s’attache Didier Lequesne. «

Il a

un très bon tempérament et me rappelle

beaucoup Fabulous Dancer

(Northern Dancer), un de ses grands-pères

que j’ai bien connu.»

Le long cursus de Didier Lequesne

L’installation de Didier Lequesne comme animateur du Haras

de Bougy ne doit rien au hasard. Après 35 ans

dans le domaine de l’élevage, avec un parcours jalonné d’expériences aux haras d’Etreham,

d’Ellon, du Thenney, de Préaux, l’homme connaît toutes les facettes

des métiers de l’élevage. Il faut ajouter à cela une

année comme responsable des

poulinages des galopeurs de Jean-Pierre Dubois.

« Une expérience où vous apprenez tout en bloc,

plus que n’importe ailleurs. » Juste avant

de se lancer dans

l’aventure du haras de Bougy, le père d’Elwis

avait en charge des chevaux de Magalen Bryant, sous

la responsabilité de David Powell.

Avec une étendue

de 20 hectares qui vont s’augmenter

dans les prochains mois de quelques dizaines

supplémentaires, le haras de Bougy accueille actuellement plus de vingt pensionnaires, des juments ou des chevaux

au repos. Des représentants de Robert Collet

rejoindront très prochainement les

lieux. Il faut dire que le site possède des

équipements de référence, synonymes de travail de qualité, tels que des capitonnages en caoutchouc pour les

boxes de poulinage, des caméras

de surveillance, ainsi

que des lices en bois pour les paddocks.

Oliviero fonctionnera aux tarifs de 700€ HT (poulain vivant) pour

les pur-sang et de 500€ HT (poulain vivant) pour les A.Q.P.S.

Haras de Bougy, 27170 Romilly-la-Puthenay