Les courses du jour reportées les 19, 23 et 25 février

Autres informations / 03.02.2009

Les courses du jour reportées les 19, 23 et 25 février

Concernant un éventuel report

de cette réunion, il nous a été expliqué : « Nous avons des réunions PMU les

19, 23 et 25 février, disputées à Borély ou à Vivaux. Il a été décidé de

répartir les six courses qui ne se sont pas cou rues aujourd’hui sur ces deux

sites et sur ces trois dates, en accord avec France Galop. »

ANNULATION À MARSEILLE...

LES RÉACTIONS

Ronan Thomas : « Les commissaires

ont tout fait pour trouver une issue à ce problème. »

Ronan Thomas, Vice-président

de l’Association des jockeys et égale ment présent à Marseille : « Tout

d’abord, je tiens à signaler que je trouve toujours cela facile de met tre ce

type de décision sur le dos des jockeys. Je ne montais pas la première course,

mais je me suis rendu sur la piste en arrivant. J’ai pu alors voir qu’il y

avait beaucoup d’eau stagnante en surface. Dès lors, j’estime qu’il y aurait dû

y

avoir une réunion entre les

acteurs des courses pour décider de la marche à suivre. Comme vous l’avez vu,

les jockeys se sont rendus au départ de la première course avant de déci der,

de leur propre initiative, de revenir. Il y a ensuite eu une réunion avec les

jockeys, les entraîneurs, les commissaires et les administrés des courses de

Marseille. Sous la pression de certains entraîneurs et administrés, les jockeys

ont bien voulu faire un essai pour prouver que la piste n’était pas praticable

et que les courses, les hommes, les chevaux et les parieurs était menacés.

Maintenant, je demande s’il y a des entraîneurs assez courageux pour dire

qu’ils sont pour courir tout le temps, quelles que soient les conditions ? Cet

hiver, nous vivons des conditions climatiques exceptionnelles et, à cela,

certaines décisions prises le sont également. Nous sommes en 2009 et il faut

évoluer dans nos prises de décisions face à ce genre de problèmes. Nous avons

des courses tout au long de l’année, alors est-ce si grave de devoir se priver

d’une journée où les éléments ne permettent pas de courir dans de bonnes

conditions ? Enfin, je tiens à signaler que je n’ai rien à redire quant au

comportement des commissaires, qui ont tout fait pour trouver une issue à ce

problème avec nous. Pour conclure, il ne faut pas oublier de signaler que

l’annulation des courses est aussi une perte financière pour les jockeys. »