Le valentin ou la victoire d’un « tueur »

Autres informations / 06.03.2009

Le valentin ou la victoire d’un « tueur »

DEAUVILLE, Jeudi 5 mars

 « C’est un tueur ». C’est par ces mots qu’Yves

de Nicolaÿ a qualifié son pensionnaire Le Valentin (Slickly) qui vient de

remporter le Prix d’Aurigny devant le cousin de Zarkava (Zamindar), Zarkamar

(Falbrav) doté d’un petit modèle, assez léger, devant Balajo (Kendor), frère de

Wait And See (Montjeu).

Avant la course, Le Valentin

n’attire pas l’attention, sur le papier. Déjà castré en début à 2ans, cela peut

paraître rédhibitoire et signifier que le poulain est compliqué. Et c’est

effectivement le cas, comme l’a confié son mentor : « C’est un poulain que

j’estime mais que l’on a castré, car il était très délicat. On va peut être le

raccourcir, car il a montré beaucoup de vitesse. » Vite en tête, Le Valentin a

contrôlé la course, repartant sans problème sous les attaques de ses

rivaux, uniquement monté aux

bras par son partenaire, Olivier Peslier, qui a confié : « Il est sorti vite

tout en étant regardant. Avant la ligne droite, il a changé de jambe et a

produit un beau changement de vitesse. C’est un poulain pas encore mécanisé qui

devrait progresser. » Appartenant en partie à Françoise Perrée, propriétaire

d’Océane Music (Ocean Of Wisdom) lauréate du Prix Amandine (L) en 2008, avant

d’être vendue aux Etats-Unis, Le Valentin poursuit la belle réussite de la casaque

jaune à ceinture noire. Fils de Vallabelle (Valanour), gagnante de course « D »

à Maisons-Laffitte, Le Valentin est un neveu du bon cheval de handicap Eclipse

d’Artois (Cardoun).

 

Zarkamar « seulement »

deuxième

On attend toujours monts et

merveilles d’un débutant bien né. C’était le cas de Zarkamar, cousin de la

formidable Zarkava (Zamindar). On attendait d’autant plus une victoire de

Zarkamar, que le souvenir de la championne et de ses multiples envolées dans

les Gr1, était encore bien présent dans les mémoires. Mais Zarkamar a

accompagné Le Valentin en tête et malgré quatre coups de cravache, il n’a pu

inquiéter le pensionnaire d’Yves de Nicolaÿ. Une bonne note est à mettre à

l’actif de Balajo. Il a accéléré par à coups, en pleine piste, mais a bien terminé

et a débuté de façon prometteuse. Sayaab (Monsun) a fini dans une belle action

à la cinquième place, sans que Davy Bonilla ne soit dur avec lui.