Master minded : le chief !!!

Autres informations / 12.03.2009

Master minded : le chief !!!

En disposant de Well Chief,

le français d’origine Master Minded a remporté son second Champion Chase (Gr1).

Vedette absolue sur les steeples courts de two miles (3.200m), le chaser qui

possède actuellement le plus haut rating dans cette catégorie (179 chez

Timeform) a rendu une copie impeccable. Sans faute, nullement inquiété par ses

concurrents, il a également fait plaisir à la multitude de ses fans. Son

rapport de 4-11 l’atteste. Pourtant, il a été moins convaincant que l’an

dernier. Moins tranchant et avec une marge moindre. Petite chamaillerie

d’experts en mal d’absolu.

 

Le Queen Mother Champion

Chase (Gr1) est l’un des quatre piliers du Festival. Avec le Gold Cup (Gr1),

steeple de tenue, il récompense le meilleur chaser du mois de mars sur le

créneau des 3.200m. Défilé des concurrents     oblige, des agents sécurisent la piste. Les stars de

Cheltenham ont aussi leurs groupies… Quand Master Minded (Nikos) est venu un

peu après la colline du bas, au fond de l’hippodrome, la cause semblait déjà

presque entendue. Lorsqu'il a débordé Petit Robin (Robin des Prés) à deux

obstacles de la fin, c'était encore plus clair. Il ne restait que les sauts.

Jamais mis en défaut non plus dans ce domaine, la décision était déjà créée

avant même la "grimpette" finale. Le bout fulgurant de Well Chief

(Night Shift) au dernier obstacle a été d’autant plus surexposé qu’il

progressait sur Petit Robin, alors en sérieuse difficulté.

 

... LE CHIEF !!!

 

La communauté française salue

Master Minded Spectacle insolite dans le Winning Circle à l’arrivée du Queen

Mother. Une véritable communauté française est venue saluer le héros du jour et

ses éleveurs, MarieChristine et Benoît Gabeur. Malgré les nombreuses

sollicitations, celle qui est l’éleveuse officielle du champion se refuse à

rejoindre le champ photographique. Son mari se plie à cette tâche avec bonne

volonté et, sans doute, du plaisir. Il flatte longuement le chanfrein du

cheval. Marie-Christine Gabeur commente alors « Comme il ressemble à sa mère.

Avant d’ajouter, il a eu une course [dure, ndlr] aujourd’hui. » Benoît Gabeur,

vétérinaire hippique de son état, partage pendant ce temps un moment d’échange

seul à seul avec Paul Nicholls. Que peut raconter ainsi, dans l’oreille, le

numéro 1 des entraîneurs anglais à un éleveur à l’effectif réduit [lire par

ailleurs : « L’histoire de Haute Tension »] ? Mystère.

Juste après, c’est le

vétérinaire qui analyse la course de son élève. Malgré l’objectivité, voire la

dureté des propos, on sent une émotion dans la voix, chevrotante. « Master

Minded a été moins brillant que l’an dernier. Est-ce parce qu’il n’avait pas

couru depuis longtemps [le 17 janvier à Ascot] et n’avait pu participer à une

autre course en raison de l’annulation de la réunion ? Il gagne, bien

évidemment, mais en faisant moins d’impression. »

 

Un témoin intemporel

La deuxième place de Well

Chief est exceptionnelle. Non seulement parce que le cheval a 10ans, mais

surtout parce qu’il effectuait une rentrée après… deux ans d’absence. Surtout,

Well Chief renvoie presque à une autre époque. Celle des grandes éditions de

2003, 2004 et 2005. Les rencontres d’alors entre Moscow Flyer (Moscow Society),

Azertyuiop (Baby Turk) et Well Chief faisaient soulever les foules anglaises.

Well Chief avait ainsi déjà obtenu un premier accessit dans le Queen Mother

Champion Chase en 2005, entre Moscow Flyer et Azertyuiop.

 

Une première à Cheltenham

Benoît et Marie-Christine

Gabeur étaient à Cheltenham pour la première fois. Absents lors du premier

sacre de Master Minded, ils avaient manqué, à plus forte raison, la victoire de

Liberthine (Chamberlin) dans un handicap chase (Gr3) du festival 2005.

 

Les rumeurs d’avant-course

Des bruits d’écurie

exfiltraient depuis le début de la réunion. Master Minded serait moins bien.

Paul Nicholls pourrait ne pas le courir. Simples rumeurs ? Volonté de nuire ?

Déstabilisation du favori qui coûte toujours beaucoup d’argent aux bookmakers ?

La réponse sur la piste montre en tout cas que cette rumeur était infondée ou

très partiellement vraie. On ne gagne pas un tel steeple-chase fortement

diminué, même quand on le fait en laissant une impression moindre et dans un

lot moins relevé.

 

 

L’histoire de Haute Tension

Benoît Gabeur livre avec

passion sa vision de l’élevage.

« Je pense à l’élevage et aux

chevaux tout le temps. Avec ma femme, c’est terrible. On espère même que nos

enfants ne seront pas "piqués" au même point que nous ! Ce qui me

plait avant tout dans l’élevage et les courses, c’est la découverte du

potentiel d’un cheval. C’est sa course de début et ses toutes suivantes. Ce

sont les trois premières courses qui me passionnent. Après, il y a moins de

surprise et de découverte. Quand Master Minded a débuté, Guillaume Macaire

m’avait dit : "C’est très bien." Nous avons cinq poulinières à

l’élevage, dont certaines en association. En fait, j’aime bien les faire

tourner et ne les garde pas forcément très longtemps. Sauf Haute Tension, la

mère de Master Minded, qui a une histoire particulière. » Blessée grièvement

jeune, Haute Tension (Garde Royale) a eu un bassin fracturé. « Elle a donc été

arrêtée pendant longtemps. Mes enfants s’en sont aussi occupés. Ils devaient,

par exemple, la faire relever tous les jours pour éviter les escarres… A son

éleveur qui ne voulait pas la conserver, j’ai proposé de la mettre à

l’entraînement. Elle n’a couru que deux fois et a gagné une course sur les

haies, à Pau. Monsieur Audry a alors accepté de nous l’échanger contre son

premier produit [Hautclan, ndlr]. Ensuite, elle a continué à connaître des malheurs

à l’élevage. En se rendant à la saillie avec son deuxième produit, le camion a

un accident. La jument s’en sort avec une fracture d’une jambe. Elle avait

aussi de nombreuses estafilades. Il a fallu la perfuser pendant très longtemps.