Quolibet se dévoile

Autres informations / 02.03.2009

Quolibet se dévoile

PRIX ROBERT DE

CLERMONT-TONNERRE

Dimanche 1er mars, Auteuil.

Remporter sa première victoire dans un groupe. Voilà quelque chose qui n’est

pas banal et que nous avons vu dimanche. L’auteur de cet exploit s’appelle

Quolibet, et il n’en restera sûrement pas là, c’est certain, comme le disait

son entraîneur, François Doumen : « C’est sa première victoire, ce qui nous

laisse de bons espoirs pour la suite… »

A la manière des forts

Le style de la victoire de

Quolibet, acquise de bout en bout, est annonciateur d’un bon cheval. Certes,

comme chacun l’avait remarqué, les grande « stars » n’étaient pas au

rendez-vous dans ce premier Groupe de l’année en steeple à Auteuil, mais il ne

faut pas que Quolibet regarde derrière lui. Car son avenir se situe devant.

Cette fois, il avait rendez-vous avec la victoire, qu’il a obtenue avec

panache, brio et courage, devant ses aînés. C’était le seul 5ans de la course….

Mais l’an dernier déjà, il avait montré des moyens, progressant au fil de ses

sorties pour finalement se classer deuxième du Prix Morgex (Gr3) en fin d’année

« Il a fini sa croissance »

Que s’est-il donc passé cet

hiver pour que Quolibet passe du statut de Poulidor à celui d’Anquetil ? «

C’est un grand carcan qui a fini sa croissance cet hiver, expliquait François

Doumen. Il a également prit de la maturité. Je n’avais pas hésité à dire à

Xavier [Hondier, son jockey, ndlr] d’aller devant. »

De la grande famille

d’Armaillé

La mère de Quolibet, Goguette

II (Bayolidaan) n’est pas restée dans les annales par ses performances,

puisqu’en quatre sorties elle n’est jamais rentrée aux balances. Mais sa

famille, élevée par Yves d’Armaillé, est beaucoup plus illustre. En effet,

Goguette II est une sœur de Voilette (Brezzo), mère de l’inoubliable et

invaincue Gloria IV (Video Rock), et d’Osana (Video Rock), placé de Gr1 sur les

claies britanniques. Dans la même famille, on retrouve également d’autres noms

bien connus, comme Parrain (Brier Creek), Parpaillot (Medford), Notre Père

(Kadalko)… et on en oublie trop !