Quatre constats sur le chemin des courses classiques

Autres informations / 15.04.2009

Quatre constats sur le chemin des courses classiques

Suite aux différentes courses

préparatoires aux courses classiques françaises, plusieurs remarques peuvent

être faites.

Premier constat : l'année

2008 nous avait légué deux chefs de file pour la nouvelle génération : le mâle

Naaqoos (Oasis Dream), vainqueur du Grand Critérium (Gr1), et la pouliche

Proportional (Beat Hollow), qui avait survolé le Marcel Boussac (Gr1). Ces deux

leaders ont respectivement terminé deuxième et troisième pour leur rentrée,

autorisant leurs tombeurs à tous les espoirs. Naaqoos et Proportional avaient

besoin de cette rentrée et leur comportement dans les Poules va être

passionnant à suivre.

Second élément intéressant,

qui tranche avec les années précédentes : le terrain est "bon" depuis

trois semaines. L’habitude veut que les hippodromes français affichent un

terrain très souple en mars et avril. Quelques "nageurs" surgissaient…

puis s'éclipsaient une fois les bons terrains revenus. Rien de tel cette année,

jusqu'à présent, pour les préparatoires aux classiques.

Le troisième constat concerne

les entraîneurs. Au regard de leurs résultats habituels, les Cantiliens ont marqué

moins de points que de coutume à ce stade de l’année. A la mi-avril, les

représentants de Chantilly (sauf les Lellouche – lire plus bas) n'ont pas joué

les premiers rôles dans les classiques du printemps, hormis Plumania (Anabaa),

plaisante deuxième d'un "Pénélope" relevé pour sa rentrée et qui est

susceptible de briller d'ici un mois ou deux, et Russiana (Red Ransom), la ? JDG

Rising Star ? dont on attend avec intérêt la réapparition.

En revanche, le Palois Jean-Claude Rouget et le Deauvillais Yves de Nicolay ont

confirmé leurs ambitions classiques ainsi qu'Elie Lellouche – le Cantilien le

plus en vue de ce début d’année –, qui était resté discret ces dernières

saisons et revient en fanfare avec des Bleus ressuscités, ainsi qu'avec

l'élevage maison (On Est Bien).

Dernière remarque : les

grandes casaques, hormis l'écurie Wildenstein, n’ont pas encore reproduit la

domination affichée lors du dernier printemps (Zarkava, Goldikova, Falco,

Tamayuz…). Du fait de l’absence de plusieurs de ces grands propriétaires-éleveurs,

les chevaux les mieux placés à la veille des Poules sont tous issus des ventes

françaises. C’est sans doute la première fois dans l'histoire que les quatre

vainqueurs du "Fontainebleau" et de la "Grotte", du

"Djebel" et de "l'Imprudence", sont passés sur le ring

d'Arqana.

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.