« elle est repartie a ce moment-la »

Autres informations / 04.05.2009

« elle est repartie a ce moment-la »

Il faut une « drôle » de

pouliche pour remporter une course aussi compétitive de bout en bout. L’apparente

difficulté des dernières sections est naturelle, surtout de la part d’une

jument dont la tenue était encore sujette à caution. « Elle n’a pas tiré du

parcours, a toutefois remarqué Christophe Lemaire. Je voulais surtout qu’elle

se détende dans les premiers cinq cents mètres. Elle a beaucoup de vitesse et

elle est venue en tête toute seule, mais je ne voulais pas qu’elle saute sur

son mors. Ça s’est bien passé. Mais dans les derniers cent cinquante mètres,

j’ai cru que nous n’irions pas au bout. Elle est repartie à ce moment-là. »

« Elle est comme beaucoup de

Sunday Silence (son grand-père paternel, ndlr), remarquait Patrick Barbe,

manager de Stefan Friborg. Ils repartent toujours sous les attaques. Ils sont

poussés par leurs adversaires. »

« Nous n’avions pas prévu

d’aller devant, confiait pour sa part Pascal Bary. Mais elle va plus vite que

les autres. Je crois qu’elle serait capable d’aller plus loin si un cheval

pouvait lui prendre la tête et l’emmener. Elle fait une course dure,

aujourd’hui, et je la recourrai quand elle me dira qu’elle est prête. Je ne

sais pas encore où ni quand. » Avec Zarkava (Zamindar) prête à remporter la

Poule d’Essai (Gr1) dimanche prochain avant un éventuel voyage sur les 2.100

mètres du Prix de Diane (Gr1), un affrontement entre les deux pouliches est

remis à plus tard, peut-être beaucoup plus tard. Le galop français a deux 3ans

exceptionnelles, cette saison. On aimerait les voir s’affronter, mais le plus

tard possible. Une des deux y perdrait quelque chose, et ce n’est pas ce dont

on a envie.