Le terrain de longchamp dimanche dernier en question

Autres informations / 21.05.2009

Le terrain de longchamp dimanche dernier en question

Les remarques teintées de

doute de certains professionnels sur la véracité du pénétromètre de dimanche à

Longchamp méritaient des éclairages complémentaires. Mesuré à 3,7, certains

l’avaient trouvé nettement sous-évalué, le jugeant souvent supérieur à 4,0.

 

Elie Lellouche : « Le terrain

est en fonction du temps »

Elie Lellouche a sellé cinq

partants pour une victoire (Aizavoski), deux deuxièmes places (Article Rare et

Pointilliste).

« Je ne vois rien d’anormal

dans les données communiquées par France Galop dimanche dernier. Le terrain

était effectivement assez souple, mais en aucun cas le pénétromètre ne pouvait

être considéré comme beaucoup supérieur à ce qui a été annoncé. J’en veux pour

preuve les réductions enregistrées qui n’auraient pu être réalisées dans du

lourd. Ceux qui devaient gagner ont gagné. Dans la première course, mon poulain

[Aizavoski, ndlr] était attendu et il a fait sa course normalement. J’avais

plutôt été déçu par sa défaite lors de ses débuts. Dans la réunion, je ne vois

que la jument de Monsieur Head, Goldikova (Anabaa), qui a fait une

contre-valeur. Mon pensionnaire dans le Prix d’Ispahan (Gr1), Loup Breton

(Anabaa), est pourtant un adepte du terrain lourd et il n’est pas à l’arrivée.

Sa victoire dans le Prix d’Harcourt (Gr2), l’an passé, avait eu lieu sur du

très lourd mesuré à 5,2 ! Là, oui. Mais cela n’avait rien à voir avec dimanche.

Si cela avait été si lourd, il aurait peut-être livré une meilleure prestation.

En fait, je n’ai pas d’explication sur sa mauvaise course. Ce n’était pas

l’état du terrain mais il était tout simplement dans un jour “sans”. Que le

terrain soit très souple, c’est normal avec les pluies que nous avons eues. Les

responsables des pistes de France Galop ont fait leur travail et il n’y a rien

à leur reprocher. Le terrain est en fonction du temps. Que des personnes, dont

des jockeys, réagissent contre l’état de la piste, me semble sans fondement.

Aujourd’hui, les jockeys travaillent dans des conditions de sécurité évidentes

et il faut arrêter de toujours se plaindre. Je crois en revanche que ce qui

serait plus intéressant serait de qualifier le terrain avec les dénominations

que nous utilisons tous : « bon / souple / assez souple / très souple / etc. »

Qui se souvient de la mesure du pénétromètre de la semaine dernière ? En

revanche, on se souvient bien de sa nature. Dans certains comptes-rendus

techniques, l’indication du pénétromètre ne figure pas, alors que l’état du

terrain est indiqué. »

 

Christophe Lemaire : « Le 3,7

de dimanche était plus lourd que le 3,7 de jeudi »

Mercredi, à Saint-Cloud,

Christophe Lemaire nous a donné son avis sur le pénétromètre de 3,7 mesuré

dimanche : « Le 3,7 de dimanche était bien plus lourd que le 3,7 de jeudi. Les

longueurs lors des arrivées sont là pour le montrer. Avec la lice placée à 0,

on avait un terrain plus correct à la corde, moins haché que d’habitude. Dès

lors, alors que d’habitude on peut revenir en pleine piste, c’était très

difficile de le faire dimanche. »