Les poules côté corde

Autres informations / 09.05.2009

Les poules côté corde

POULES D’ESSAI : J-1

 JDG a posé une seule

et même question à plusieurs professionnels du galop cette semaine : le

parcours des Poules d’Essai avantage-t-il les petits numéros à la corde ?

 Richard Gibson : «

C’est certain. Même une grande championne comme Banks Hill (Danehill), deuxième

en 2001, n’avait pu gagner. Je pense d’ailleurs qu’il ne faudrait pas organiser

de courses de sélection sur les 1.600m de Longchamp. Mais cela est un autre

point. »

Freddy Head : « Il est certain que le tournant est telle

ment long qu’il vaut mieux être à la corde. Mais tout dépend du déroulement de

la course, de votre cheval. Personnellement, j’ai gagné sur ce parcours en

partant en dehors. Je ne pense donc pas que cela soit essentiel. »

Christiane Head-Maarek : « Le parcours des 1.600m des

Longchamp part avec le tournant. C’est donc un avantage d’avoir un numéro à la

corde. Mais les meilleurs peuvent revenir. Il faut également ajouter que le

déport de la lice installé lors des réunions qui précèdent le dimanche des

Poules peut avoir d’autres conséquences. Ceux qui partent à l’extérieur peuvent

ainsi parfois se retrouver dans les “trous” si le nombre de partants dans les

Poules est important. Sinon, à Longchamp, plus la distance est longue, moins

les places à la corde ont leur importance, comme par exemple sur le parcours

des 2.400m. »

 

Elie Lellouche : « C’est aussi logique que deux et deux font

quatre : avoir un numéro dans les stalles au dessus de dix est un gros

désavantage. Sur ce parcours, il faut pouvoir être monté avec les chevaux de

tête, car, même lorsqu’il y a du train, c’est très difficile pour les atten tistes

de revenir de l’arrière. »

Olivier Peslier : « Personnellement, je préfère évidem ment

avoir un petit numéro à la corde. Lorsque l’on part bien, on peut monter tout

près des leaders, ce qui est un avantage. Pour les Poules, c’est difficile de

réussir avec un numéro à l’extérieur, car les chevaux se valent, alors que dans

un handicap, les numéros à la corde ont moins d’importance. Pour les

attentistes, c’est très difficile de revenir sur ce parcours, à moins qu’il y

ait beaucoup de train ou que le terrain soit “défoncé”. »

Christophe Soumillon : « Pour moi les numéros n’ont aucune

importance. Il faut un cheval vite et maniable, c’est ce qui fait la

différence. »