Mine that bird, le "hongre volant" du kentucky derby

Autres informations / 04.05.2009

Mine that bird, le "hongre volant" du kentucky derby

Les dix-huit adversaires de

Mine That Bird (Birdstone) dans le Kentucky Derby (Gr1) peuvent rentrer la tête

basse. Ils ont concédé le Derby à un "gelding", autrement dit à un hongre.

Même si la victoire de Mine That Bird ne souffre d’aucune contestation, c’était

bien le meilleur, et de loin, avec six longueurs affichées à l’arrivée, le

système de sélection américain en prend un coup, tout de même. Depuis 1929,

deux hongres ont gagné le Kentucky Derby : Funny Cide (Distorted Humour) en

1993 et Mine That Bird cette année.

Outre ce fait relatif à

l’élevage et aux conditions de courses, il faut souligner l’extraordinaire

impression visuelle qu’a laissée Mine That Bird. Pour beaucoup c’est du jamais

vu. Dernier décollé aux tribunes, il est six longueurs devant les autres à

l’arrivée ! Mais cette impression visuelle peut se relativiser, comme nous

l’expliquait Patrick Biancone (voir interview).

Enfin, le jockey de Mine That

Bird, Calvin Borel, n’oubliera jamais ce week-end. Vendredi, il a remporté

facilement les Kentucky Oaks (Gr1), sans avoir vraiment besoin de forcer son

talent. Samedi, il a monté une course d’anthologie, pour remporter ce Kentucky

Derby. Au total, il a remporté ces deux Gr1 avec un total de vingt-sept

longueurs.

 

50/1 avant la course et

2000/1 devant les tribunes !

Meilleur cheval canadien à

2ans, où il était invaincu, Mine That Bird était proposé à 50/1 dans ce

Kentucky Derby. Logique, car il n’avait pu faire mieux que deuxième du

Bordeland Derby et quatrième du Sunland Derby. Deux préparatoires pour

Churchill Downs que l’on peut qualifier de mineures.

Déjà qu’il ne paraissait voué

qu’à un rôle de faire-valoir dans ce Run for Roses, Mine That Bird était

quasiment hors course pour passer devant les tribunes bondées (153.563

spectateurs). Au premier quart du parcours, il était à une dizaine de longueurs

du dernier et, dès lors, les espoirs de victoire de Mine That Bird semblaient

envolés. Ses quelques supporters pouvaient "manger leurs tickets" à

cet instant.

 

Un retour spectaculaire

C’est seulement au bout de la

ligne d’en face que Mine That Bird a recollé au peloton. Celui-ci était mené

par Hold me Back (Giant’s Causeway), qui voyait le favori de l’épreuve, le bon Pioneerof

the Nile (Empire Maker) se faire de plus en plus pressant. Ne perdant pas

espoir, Calvin Borel, partenaire de Mine That Bird, laissait son cheval bien

calé côté corde et, un à un, il commençait à doubler ses rivaux.

Toute proportion gardée,

l’impression visuelle rappelle celle du mythique Arazi (Blushing Groom) dans le

Breeders’ Cup Juvenile en 1991. Peu après l’entrée de la ligne droite, les

preneurs de Pioneerof the Nile ont dû croire au succès. Mais Mine That Bird,

pour lequel tout s’est miraculeusement ouvert à la corde, continuait son

rapproché et, à trois cents mètres du but, il a laissé Pioneerof the Nile sur

place, s’envolant sur la piste détrempée de Churchill Downs pour remporter ce

135e Kentucky Derby. Comme à Longchamp un jour de lice à zéro, le Run for Roses

s’est gagné le long de la corde.

Même l’entraîneur de Mine

That Bird, Benny Woolley, en béquille suite à un accident de moto, n’en

revenait pas :

« Au premier tournant, j’ai

arrêté de regarder les écrans de télé, a t-il déclaré à la presse américaine.

Mais Calvin a monté une course superbe, le plaçant où il fallait.

 

Acheté seulement 9.500$ à

Fasing-Tipton

Mine That Bird a été acquis

9.500$ aux ventes de FasigTipton, en octobre 2007 (Kentucky Fall Yearling, jour

1) par ses futurs propriétaires, Dominion Bloodstock. Il appartient à la

première production de son père, Birdstone (Grindstone – Belmont Stakes, Gr1).

Il sera placé chez Dave Cotey, avec lequel il sera invaincu à 2ans et obtiendra

le titre de meilleur 2ans canadien. En fin de saison 2008, suite à sa victoire

dans les Grey Stakes (Gr3), il attirera les convoitises de Double Eagle Ranch

& Bueno Suerte Equine (Mark Allen et Dr. Leonard Blach). Il sera alors

envoyé au Nouveau-Mexique par Benny Woolley, qui ne manquait pas de féliciter

le premier mentor de Mine That Bird : « Je voudrais remercier Dave Cotey. C’est

lui qui a engagé le cheval dans cette course. Tout le mérite lui revient

entièrement. »

 

 

L’inoubliable week-end de

Calvin Borel

Le jockey Calvin Borel n’est

pas prêt d’oublier ce week-end. Vendredi, il avait déjà survolé les Kentucky

Oaks (Gr1) avec Rachel Alexandra (Medaglia d’Oro) [voir JDG du 03/05]. Le

jockey de Street Sense (Street Cry) en 1997 remporte son deuxième Kentucky

Derby (Gr1), réalisant le doublé Oaks-Derby, ce qui n’avait plus été vu depuis

1993 (Jerry Bailey). Et l’écart réalisé avec Mine That Bird, 6 longueurs trois

quarts, est le plus grand constaté depuis les huit longueurs d’Assault, futur

titulaire de la triple couronne, en 1946.

 

Calvin Borel est loin d’être

un inconnu dans le Kentucky, où il fait partie des tops-jockeys, lui qui compte

plus de 4.500 victoires à son actif. C’est d’ailleurs un peu l’enfant du pays,

puisqu’il est né à Louisville, un 7

novembre 1966.

 

Un Derby amputé de ses

favoris

Comme l’expliquait

l’entourage du gagnant, la présence de Mine That Bird au départ était surtout

due aux défaillances, au fil des semaines, des principaux favoris de ce Derby.

Après le retrait en milieu de semaine de Quality Road (Elusive Quality),

lauréat du Florida Derby (Gr1), c’est I Want Revenge (Stephan Got Even) qui a

été "scratché" samedi, en raison d’une inflammation. Peu à peu, le

Kentucky Derby s’est retrouvé amputé et, au départ, il n’y avait pas de

"montre" ou, du moins, de chaud favori. La question du niveau de

l’épreuve pour cette édition reste donc entière.