Poules d’essai : la province à l’égal de paris

Autres informations / 11.05.2009

Poules d’essai : la province à l’égal de paris

Dimanche 10 mai, Longchamp.

Silver Frost (Verglas) et Elusive Wave (Elusive City) ont respectivement

remporté la Poule d’Essai des Poulains et celle des Pouliches (Gr1). Le premier

est entraîné à Deauville par Yves de Nicolay ; la seconde par Jean-Claude

Rouget à Pau. Mieux encore : Le Havre (Noverre) et Tamazirte (Danehill Dancer),

tous les deux entraînés à Pau par Jean-Claude Rouget, sont deuxièmes de chacune

des deux épreuves ! Depuis des années, les provinciaux se faisaient de plus en

plus pressants dans les grands tournois parisiens. Et certains avaient déjà

apporté la preuve que le fossé entre Paris et la province se réduisait au plus

haut niveau : notamment François Rohaut (deux Poules d’Essai des Pouliches,

avec Torrestrella et Tie Black) et Alex Pantall (“Diane” de West Wind). Mais

doit-on encore parler de province, au sens minoratif du terme ? Deauville et

Pau ont un niveau d’équipement qui vaut celui de Chantilly et de Maisons. Et

les propriétaires qui y mettent leurs chevaux en pension ont désormais les

mêmes moyens que ceux qui placent leurs pensionnaires à Paris. Il est

d’ailleurs amusant de noter que Silver Frost appartient à un Anglais

(John-Dawson Cotton) et Elusive Wave à un Américain (Martin Schwartz).

La mondialisation est là,

nivelant les considérations géographiques. Y compris dans le sport hippique, où

les notions de province et de Paris – devenues anecdotiques – seront de moins

en moins significatives.