Martin schwartz, le propriétaire aux deux classiques

Autres informations / 15.06.2009

Martin schwartz, le propriétaire aux deux classiques

 « Connaissez-vous un

homme plus chanceux que moi ? », questionne Martin Schwartz en attendant sa

pouliche lauréate du Prix de Diane.

Le propriétaire américain possède la gagnante du classique

cantilien, Stacelita, mais aussi celle de la Poule d’Essai des Pouliches,

Elusive Wave. Sur les quatre classiques réservés aux pouliches (les “Oaks” et

les “Guinées”, en France comme en Angleterre), Martin Schwartz possède donc

deux des quatre lauréates et les deux autres ne sont pas à vendre ! Ghanaati

(Giant’s Causeway) appartient au Cheikh Hamdan Al Maktoum et Sariska (Pivotal)

à Lady Bamford, éleveur-propriétaire. Quel homme est plus chanceux que Martin

Schwartz ? Personne.

La chance n’arrive jamais seule. Les choix d’une vie lui

donnent toujours un petit coup de pouce pour qu’elle montre le bout de son nez.

Michel Zerolo, qui travaille étroitement avec Martin Schwartz, a fait basculer

la chance du bon côté. Il a acheté Stacelita : « Oui, je prends la

responsabilité de cet achat ! » nous a déclaré le courtier. Martin Schwartz a

souvent fait des achats judicieux, il a acquis Gorella (Grape Tree Road),

gagnante de Gr1 et de Gr2 sous sa casaque, aux Etats-Unis.

Entretien avec celui qui se nomme le Pitbull, titre de son

autobiographie publiée en 1998.

Jour de Galop.Il est difficile de trouver les mots, alors

simplement bravo !

Martin Schwartz.– Merci, c’est formidable. Je suis tellement

heureux. Regardez, je suis dans tous mes états ! [Il ouvre sa veste et nous

montre sa chemise trempée, ndlr]

Vous possédez deux pouliches classiques sur un effectif

assez réduit par rapport aux grands propriétaires-éleveurs que nous

connaissons. Combien avez-vous de chevaux en France et aux Etats-Unis ? J’ai

trois chevaux à l’entraînement aux Etats-Unis [notamment chez Patrick Biancone,

ndlr] et une dizaine en France. Ici, je n’ai placé des chevaux que chez

Jean-Claude Rouget [six 3ans et quatre 2ans ; l’an dernier, Martin Schwartz a

également acheté Satan’s Circus, après sa cinquième place dans le Prix de

Diane, ndlr].

Comment avez-vous connu Jean-Claude Rouget et pourquoi la

France ?

J’ai rencontré M. Rouget par l’intermédiaire de Michel

Zerolo. Et c’est un entraîneur connu aux Etats-Unis depuis des années. J’ai

choisi la France parce qu’ici les chevaux ne se blessent pas…

Depuis combien de temps avez-vous des chevaux ? Depuis 2000,

je suis passionné depuis toujours par les courses et les pur-sang.

Pourquoi seulement en 2000, alors ?

Je suis trader. J’ai d’ailleurs été cité dans un livre sur

les meilleurs traders mondiaux. Mon métier me prenait énormément de temps.

Maintenant, j’ai le temps et mes enfants ont grandi. Ils aiment les courses et

viennent voir les chevaux courir dès qu’ils le peuvent. Ils étaient là pour le

Prix Marcel Boussac (Gr1) d’Elusive Wave [2e, ndlr].

Quel est le programme désormais pour vos pouliches ?

Je vais à Ascot pour voir courir Elusive Wave dans les

Coronation Stakes. Et Stacelita a désormais pour objectif le Prix de l’Arc de

Triomphe.