Questarabad / portal’s toy : la revanche

Autres informations / 21.06.2009

Questarabad / portal’s toy : la revanche

Un grand événement en chasse

l’autre. Le dernier dimanche d’Auteuil prend le relais de Royal Ascot. Sport

différent mais batailles sérieuses annoncées sur la butte Mortemart avec une

Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) qui s’affiche comme la stricte revanche

du Prix La Barka (Gr2), remporté par Portal’s Toy (Go Between) devant

Questarabad (Astarabad). Le second est maintenant prévenu et devrait se montrer

plus vigilant dans les derniers

hectomètres pour tenter de résister à Portal’s Toy. Autre temps fort, le Prix

Alain du Breil (Gr1) promet un grand spectacle avec Rendez Vous (Video Rock) comme cible de

tous les autres protagonistes.

 

 

 

Questarabad, une revanche à

prendre

Marcel Rolland estime que son

pensionnaire peut prendre sa revanche sur Portal’s Boy. Cette fois, il reçoit

deux kilos du pensionnaire de David Windrif, alors qu’il lui en rendait un dans

le Prix La Barka. Le seul point d’interrogation concernant Questarabad reste la

distance de 5.100m, qu’il n’a encore jamais abordée, lui qui n’a que 5ans. Mais

Questarabad a fait beaucoup de progrès, devenant plus facile à canaliser en

course. Dès lors, s’il ne se montre pas trop fougueux, il devait tenir sans

problème. La semaine dernière, Marcel Rolland nous disait courir Questarabad à la

condition qu’il ne fasse pas trop chaud. La météo a pris l’orientation

souhaitée et il n’est plus question de tempéra tures caniculaires ce dimanche.

Tous les paramètres s’organisent a priori dans le bon ordre pour le grand brun

élevé dans le Cher par Jean-François Colas sous le nom de l’élevage des Terres

Noires. Une victoire apporterait une seconde citation au niveau Groupe 1 pour

le fils d’Astatarabad. Une victoire dans cette Grande Course de Haies viendrait

en suite logique à son sacre dans le Prix Renaud du Vivier – Grande Course de

Haies des 4 Ans (Gr1). Pourtant cette séquence est finalement extrêmement

difficile à réaliser. Tellement difficile que personne ne l’a réussie depuis

1980 [lire « Du renaud du Vivier à la Grande Course de Haies »]

 

 

Portal’s Toy, la valeur

montante

Comme beaucoup de

pensionnaire de David Windrif, Portal’s Toy a connu une carrière en

progression, sans brûler les étapes. Cette année, à 6ans, il arrive à son top

niveau, ayant remporté le Prix Romati (L), à Enghien, avant de défaire les

meilleurs dans le Prix La Barka. Mais David Windrif a prévenu : son cheval a

encore de la marge. Pour le protéger, il pourrait le déclarer non-partant si la

piste était fausse en raison d’un arrosage artificiel excessif.

 

 

Grande Haya, l’autre gagnant

de Gr1 au départ Grande Haya (Solid Illusion)

est le seul à pouvoir être

comparé à Questarabad sur un point particulier mais ô combien important. Tous

les deux ont déjà remporté un Groupe 1. Pour Questarabad, il s’agit du Prix

Renaud du Vivier (lire plus haut).

Pour Grande Haya, c’était le

Grand Prix d’Automne, le 1er

novembre 2004. Par la suite,

Grande Haya a connu de multiples problèmes de jambes, qui l’ont contraint à des

repos forcés. Vu ses titres, il a le droit de jouer un bon rôle ici, même s’il

aurait préféré une piste très assouplie.

 

 

 

 

 

AUTEUIL, Dimanche

Grande Course de Haies

d’Auteuil (Gr1)

Une opposition hétérogène

Le lot de cette Grande Course

de Haies d’Auteuil s’étant creusé, on note le maintien de quelques candidatures

de chevaux un ton en dessous des meilleurs. L’occasion leur est donnée de

briller sans grands risques au niveau Gr1. Avec seulement sept partants, c’est

une aventure à tenter et un pari pas si osé que cela. C’est le cas par exemple

pour le courageux Madox (Trempolino), qui revient à Auteuil après avoir déserté

cet hippodrome pendant un an. Depuis il s’est produit à Enghien, y obtenant des

résultats réguliers. Les trois concurrents restants, Esplendido (Spadoun),

Yellowman (Mansonnien) et Rosy de Cyborg (Cyborg), n’ont pas encore vraiment

prouvé qu’ils avaient les moyens d’aller avec les meilleurs. Ils n’ont rien à

perdre, tout à gagner, et n’auront pas de pression sur leurs épaules.