Quijano propose un voyage dans le temps de 20 ans

Autres informations / 14.06.2009

Quijano propose un voyage dans le temps de 20 ans

MILAN (ITALIE), dimanche 14

juin

Le globe-trotter a l l e m a

n d Q u i j a n o ( Acatenango) remet sur le métier son titre dans le Gran

Premio di Milano (Gr1). La tâche est ardue car un tel doublé remonte aux années

1987 et 1988 grâce au champion transalpin Tony Bin (Kampala). En 1988, Tony

Bin remportait quelques mois

plus tard le Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) empochant du même coup le titre de

che val européen de l’année… Outre les italiens, logiquement représentés au

palmarès (Electrocutionist en 2005, Falbrav en 2002), le palmarès fait la place

belle aux Allemands (Quijano en 2008, Senex en 2004, Paolini en 2001, Ungaro en

1998, Lando en 1995, Platini en 1993) mais aussi aux Français. Sudan en 2007,

Shamdala en 2006, Dark Moondancer en 1999 et Petit Loup en 1994 s’y sont mis en

évidence depuis 1990. La tâche de la 4ans Winkle (High Chaparral), pour le

compte de SA Aga Khan et Mikel Delzangles (entraînement), ne s’avère pas évidente.

Sa course de rentrée (3e dans le Prix d’Hédouville, Gr3) est bonne mais elle

s’affronte ici à un champ de chevaux d’âge confirmés. Derrière Quijano qui

pourrait pourtant commencer à subir les outrages du temps – il a 7ans –, il faut

s’attarder sur un trio italien de qualité : Voila Ici (Daylami), Gimmy (Lomitas)

et Freemusic (Celtic Swing). Le premier, en particulier, est la valeur montante

de la péninsule. Il reste sur quatre succès consécutifs et vient de dominer

relativement facilement Gimmy. Ce 4ans a dorénavant le droit d’inscrire son nom

à un tel Groupe 1. Le trublion en puissance est le “Godolphin” Age of Reason

(Halling). Son dernier succès, dans le Qatar International Cup en février, lui

a donné une autre dimension. Mais les lignes avec les valeurs européennes

traditionnelles manquent pour ce genre d’épreuves. La raison commande donc de

regarder.