Qatar prix de l’arc de triomphe : an 2

Autres informations / 02.07.2009

Qatar prix de l’arc de triomphe : an 2

Pour la seconde année, la

conférence de presse du 88e Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) s’est tenue à

l’ambassade du Qatar, mardi 1er juillet au

matin. Normal, puisque le

Qatar, plus précisément le QREC (Qatar Racing & Equestrian Club), est

partenaire du plus grand week-end de courses du calendrier français. Le

partenariat, à plusieurs étages, per-

met au 88e Qatar Prix de

l’Arc de Triomphe de se situer au deuxième

rang mondial des allocations

– comme en 2008 – avec une dotation globale de quatre millions d’euros. À la

tribune, le QREC est représenté par son vice-président, Son Excellence Cheikh

Mohamed bin Faleh Al

Thani. L’ambassadeur en

France du Qatar, Mohamad Jaham Al Kuwari, a accueilli tous ses hôtes. Côté

France Galop, ce sont son vice-Président, Charles-Henri de Moussac, et son

Directeur général, Hubert Monzat, qui sont à pied d’œuvre. Jean-Pierre de

Gasté, au nom de l’AFAC (Association française du cheval arabe de course) s’est

également exprimé [lire son intervention pages 4 et 5].

 

La bonne leçon du scénario

malencontreux de 2008

Si les acteurs se sont

félicités des acquis de la première édition, les incidents qui ont émaillé la

journée n’ont pas été occultés. Les longues attentes consécutives aux photos du

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et du Qatar World Cup et le problème technique

des stalles de départ dans le Qatar Prix de l’Abbaye de Longchamp ont entraîné

un aménagement important : “l’Arc de Triomphe” passe à 16h10 et le World Cup à

16h50 (horaire de “l’Arc” en 2008). Dans ces conditions, les organisateurs se

donnent les meilleures chances d’organiser les remises de prix devant un public

nourri.

 

QATAR PRIX DE L’ARC DE

TRIOMPHE : AN 2…

 

Son Excellence Cheikh Mohamed

bin Faleh Al Thani a remercié publiquement France Galop de la reconduite du

partenariat et de la valorisation du Qatar World Cup, remonté dans le programme

et dorénavant suivi d’un autre Groupe 1 au programme, avec le Prix du Cadran.

Charles-Henri de Moussac a

tenu à rappeler l’aspect mythique de “l’Arc de Triomphe” qui exerce de par le

monde une fascination pour tous les professionnels, précisant par exemple : «

L’épreuve est au premier plan du calendrier international et attire toujours

tous les meilleurs chevaux du moment. » Les modifications de programme ont été

la responsabilité d’Hubert Monzat qui a tenu à tirer profit des leçons de la

précédente édition. « Ce genre de situation [incidents de 2008, ndlr] apprend à

mieux se connaître. C’est dans les moments difficiles que l’on voit si les

partenariats tiennent ou ne tiennent pas. »

 

Les chiffres

Le week-end de “l’Arc” offre

le programme le mieux doté d’Europe avec un total d’allocations de plus de 6,7

millions d’euros (soit environ 10 millions de dollars). Près des deux tiers de

ces allocations sont attribués à l’”Arc”.

Quinze courses de pur-sang

anglais sont inscrites au programme du week-end, dont sept courses de Gr1 et

quatre de Gr2 et un Gr1 – PA (course de pur-sang arabes). Les sept courses de

Gr1 de pur-sang anglais abordent tous les créneaux et permettent de distinguer

les meilleurs “sprinters”, “milers” (1.600m), chevaux de distance intermédiaire

(2.000m), chevaux de distance classique (2.400m) et “stayers” (3.000m et plus).

Le 88e Qatar Prix de l’Arc de

Triomphe

Allocations : 4 millions

d’euros, dont 2,3 millions d’euros au gagnant.

 

Un partenariat qui fait des

émules

Le partenariat de France Galop

avec le Qatar a été regardé de très près par nos voisins. Rançon de son succès,

un processus mimétique a été engagé par la société des courses d’Ascot qui a

inauguré pour la prochaine édition de ses fameux King George VI and Queen

Elizabeth Stakes (Gr1) un partenariat à l’identique avec la Fédération hippique

des Emirats Arabes-Unis (UAE Equestrian and Racing Federation).

Le Directeur d’Ascot a

présenté en ces termes ses motivations. « Les “King George” sont notre épreuve

pour les pur-sang la plus importante de l’année, et cette journée octroie une

plateforme idéale pour l’inauguration d’une course arabe en partenariat avec

l’Emirates Equestrian Federation. L’insertion d’une course d’Arabes

prestigieuse le jour de “l’Arc”, à Paris, a été une grande réussite, et nous

pensons qu’inclure cette discipline dans n’importe quelle journée phare de

course est intéressant.