Les haras nationaux changent de directeur général

Autres informations / 26.08.2009

Les haras nationaux changent de directeur général

Par décret du président de la République en date du 24 août

2009, Nicole Blanc a remplacé François Roche-Bruyn à la Direction générale des

Haras nationaux (H.N.). Ce dernier dirigeait les H.N. depuis le 2 avril 2007.

Contacté par JDG, il n’a pas souhaité commenter son départ. Ses prochaines

fonctions n’auraient pas encore été déterminées, mais elles ne devraient pas se situer dans le milieu du cheval. Ce

remplacement à la tête des H.N. s’inscrit dans la logique de ces derniers mois. Nicole Blanc est

en effet l’auteur du rapport sur le rapprochement entre les Haras nationaux et

l’École nationale d’Équitation (ENE), cosigné avec Jacques Primault, Inspecteur

général de la Jeunesse et des Sports. Elle a aussi présidé le Comité de

préfiguration sur le regroupement des Haras nationaux et de l’ENE. En lui

confiant les rênes des H.N., l’Elysée confirme son intention d’aller au bout de

son idée de fusion des deux entités. Il est probable que Nicole Blanc

deviendra, sitôt ce dossier bouclé, la Directrice générale du nouvel ensemble.

Nicole Blanc (61 ans) connaît bien les H.N., comme en

témoignent plusieurs de ses fonctions passées : Sousdirectrice des Haras nationaux

du Pin (1972-1974) et des Bréviaires (1975-1982), Chef du bureau de

l’équitation au Service des Haras, des courses et de l’équitation au ministère

de l’Agriculture (1982-1986), Adjointe du chef du Service des Haras, des

courses et de l’équitation au ministère de l’Agriculture (1986-1990)… Avant de

signer le rapport sur le rapprochement entre les H.N. et l’ENE, Nicole Blanc a

été Directrice générale du Conseil supérieur de la Pêche entre 2003 et 2007,

devenu l’Office national de l’Eau et des milieux aquatiques (ONEMA, EPA). Elle

y a mené une action réformatrice, notamment axée sur la réduction des

effectifs. Sa gestion s’inscrit bien dans la ligne de l’Elysée, qui prône la

baisse du nombre d’emplois publics.