Oh, hisse, goldi !

Autres informations / 17.08.2009

Oh, hisse, goldi !

Une partie de la victoire de Goldikova peut être attribuée aux

hommes de piste qui officient derrière les stalles de départ. Une équipe d’une

douzaine de personnes. En fin de réunion, Robert Bonaventure (tireur), qui

était placé à la tête de la championne derrière les boîtes, ainsi que Stéphane Alcalde

et René Mascle (pousseurs), qui se situaient derrière, ont bien voulu revenir

pour nous sur cette aventure.

« Nous lui avons mis le bonnet au début, comme cela avait

été le cas en Angleterre. Là-bas, cela c’était bien passé. Mais avec cet

accessoire, on y va toujours au “bluff“. La première fois, ça marche très bien,

mais Goldikova est une petite coquine. Autour d’elle, nous étions cinq : un à

la tête, deux au niveau de l’épaule et deux derrière. Elle a commencé à se

fâcher et nous lui avons retiré le bonnet. Nous avons donc essayé de la rentrer

tel quel, et grâce à la force, elle est rentrée. Cela a pris trois minutes,

mais c’était le dernier essai. A la fin, la pouliche se couchait beaucoup sur

mon collègue ; étant plus costaud que lui, nous avons interverti les positions.

Elle nous a bien embêtés, mais elle est rentrée dans sa stalle avant de se

rendre sur la piste en s’imposant. Derrière les boîtes, il n’y a pas que les

pousseurs. Nous, ont est une équipe. Goldikova, c’est le travail de toute

l’équipe. Enfin, on voudrait tous saluer Olivier Peslier, qui est une “crème“.

Il nous laisse faire notre travail et nous sommes très contents pour lui. C’est

un grand Monsieur. »

Jean-Louis de Watrigant officiait ce dimanche à Deauville en

qualité de starter : « Goldikova s’est montrée difficile aujourd’hui. On a eu

un mal fou à la faire approcher des stalles. Elle n’a jamais été comme ça ; une

véritable force d’inertie. On lui a d’abord mis le bonnet, mais l’essai n’a pas

été concluant. J’ai donc décidé de le lui enlever. J’ai dit à mon équipe de lui

prendre la queue et le travail des pousseurs a permis de la faire rentrer.

C’est un vrai travail d’ équipe. »