Questarabad frôle…

Autres informations / 17.09.2009

Questarabad frôle…

AUTEUIL, Mercredi

Après avoir mené les débats

toute la course, Melcastle (Medaaly), bien placé au poids, a pris la deuxième

place à la lutte avec Vitray (Morespeed), troisième, qui avait déjà gagné sur

ce tracé sur la première partie de saison. Comaro (Comte du Bourg) était très

en vue dans cette épreuve. Et pour cause ! Il avait lutté avec Questarabad dans

le Prix Léon Rambaud (Gr3). Mais ce mercredi, après avoir été monté un peu

isolé côté corde, à mi-peloton, il n’a jamais fait illusion pour la victoire et

n’a d’ailleurs pas participé à l’arrivée. Comaro est un bon cheval, mais il

connaît des ennuis de santé. Philippe Demercastel nous expliquait :

« Avant la course, son épaule

allait très bien, je vais voir maintenant, en rentrant, mais j’explique sa

course par le fait qu’il n’était pas assez en condition. Il effectuait une

rentrée. »

 

Questarabad, du trotteur dans

les veines

Élevé aux Terres Noires,

Questarabad provient de la souche d’Insoumise (Novitur), « une jument de mon

père que j’ai fait naître, nous a raconté Jean-François Colas. Elle était près

du sang. Elle remonte à une trotteuse, Baguette, sa troisième mère. C’est cette

Baguette que mon père a croisée à un pur-sang [Triolet IV, ndlr]. Elle lui a

donné Miss des Terres Noires, la grand-mère d’Insoumise. »

Pour l’anecdote,

Jean-François Colas animateur des “Terres Noires”, nous avait conté les débuts

à l’entraînement – peu communs – du champion de Marcel Rolland. Alors qu’il

avait 3ans, le poulain avait été “échangé” avec un autre cheval, lui de 4ans.

Questarabad s’était alors retrouvé chez Guillaume Macaire où il avait commencé

à sauter et Marcel Rolland avait reçu un 4ans très calme, alors qu’on l’avait

averti des ardeurs de Questarabad.