Lettre de l’association des entraineurs-proprietaires à edouard de rothschild

Autres informations / 13.10.2009

Lettre de l’association des entraineurs-proprietaires à edouard de rothschild

AU CŒUR DE L’ACTU

Monsieur le Président,

C’est avec surprise et

stupeur que lors de la réunion de commission de programme obstacles (meetings

Pau et Cagnes 2009/2010), le directeur général de la Société des

Pyrénées-Atlantiques nous a annoncé que lors du meeting d’hiver de Pau

2009/2010, les boxes mis à la disposition des professionnels seront facturés à

hauteur de 200,00 € H.T. le boxe.

Cette mesure a été décidée

par le conseil d’administration de la Société des Pyrénées-Atlantiques sans en

informer au préalable les associations professionnelles représentatives. Lors

de la réunion avec les professionnels qui a eu lieu à la fin du meeting de Pau

2008/2009 il n’a jamais été question d’une telle mesure.

Nous tenons à vous rappeler

que le meeting de Pau est un meeting uniquement organisé sur des réunions avec

enjeux nationaux et que de ce fait les allocations sont intégralement financées

par France Galop et non par la société des Pyrénées-Atlantiques.

Le succès de ce meeting

(nombre de partants important) n’est dû qu’à la venue massive des chevaux

venant d’autres régions que le sud-ouest. Ces chevaux venant d’autres régions

représentent 58% des partants participant à ce meeting. Il est facile de

comprendre que les chevaux entraînés dans le sud-ouest (42% des partants dont

27,5% à Pau) ne pourraient à eux seuls assurer un nombre suffisant de partants

et ainsi garantir la réussite financière de ce meeting. Il est bien évident que

c’est grâce à l’apport de partants extérieurs au centre d’entraînement de Pau

que l’hippodrome et le centre d’entraînement ont les moyens de continuer à

exister ; il est donc illogique de pénaliser financièrement ceux par qui le

résultat financier est assuré.

Comme vous le savez le fait

de participer à un tel meeting qui dure 2 mois engage une logistique lourde et

des frais considérables pour les professionnels. Il leur est déjà actuellement

déjà difficile de réussir à financer de façon positive un tel meeting.

Vous ne devez pas laisser la

situation financière des entraîneurs se dégrader encore plus avec la mise en

place de telles mesures. C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir auprès

des dirigeants de la société des Pyrénées-Atlantiques afin que cette mesure

soit supprimée au plus vite.

Certain que vous comprendrez

le sens de notre démarche je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le

Président, mes sentiments les plus respectueux.

 

Le Président : Frédéric

Danloux