Nashwan al khalidiah ksa

Autres informations / 02.10.2009

Nashwan al khalidiah ksa

 (Tiwaiq et Rayyan)

(mâle alezan né en Arabie Saoudite le 29 mars 2004)

Résumé de carrière

Troisième de la Coupe d’Europe des Chevaux Arabes pour ses

débuts sur notre sol le 2 juin 2008 à Saint-Cloud, derrière Lahib FR (Kairouan

de Jos) notamment, le protégé de Jean-François Bernard faisait des premiers pas

remarqués. Il ouvrait rapidement son palmarès à Newmarket début juillet dans

The UAE President Cup (Gr1 PA) puis récidivait dans le Prix Manganate (Gr1 PA),

ultime étape avant de tenter sa chance dans la première édition du Qatar

Arabian World Cup (Gr1 PA) où il prenait une décevante 7e place. Cette année,

après une rentrée victorieuse

à Pau puis un passage à Dubaï où il n’a pu prendre que la

10e place de la Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA), il a été

patiemment repris à l’entraînement et est monté en condition

depuis l’été afin de l’amener au top pour cette nouvelle tentative dans le

Qatar Arabian World Cup. Point culminant de sa préparation, sa victoire pleine

d’autorité devant la championne Al Dahma GB (Amer) dans le Prix Dragon (Gr2 PA)

à Longchamp le 10 septembre. Il se présentera donc en pleine possession de ses

moyens ce dimanche.

 

Nashwan Al Khalidiah vu par Jean-François Bernard (son

entraîneur) : « Il est arrivé au mois de février 2008 à l’écurie. On a vu tout

de suite que c’était un cheval hors normes mais aussi le cheval le plus

difficile à entraîner que j’aie eu. C’est un cheval très fort et impulsif. Il a

fallu trouver la solution pour l’entraîner normalement. Il sort tout seul, il

ne faut pas qu’il croise d’autres chevaux sur la piste, il a un leader qui lui

est dévoué et il sort dans la nuit complète avant les autres, de manière à

l’avoir calme et décontracté. Il avait complètement été déréglé par le contexte

de Dubaï l’année dernière et on avait mis beaucoup de temps à le recadrer.

C’est pourquoi il n’a fait sa rentrée qu’au mois de juillet à Newbury. Le fait

de le courir de manière plus espacée, à trois semaines voire un mois maximum,

lui est très bénéfique et lui permet de s’amender. Je pense qu’il a montré

l’étendue de ses possibilités la dernière fois et je le crois même en meilleur

condition que lors de cette tentative dans le Prix Dragon. Les numéros de corde

seront déterminants avec vingt partants, c’est sûr, mais je crois aussi qu’il a

trouvé le bon jockey (Wigberto Ramos). On peut être confiant. »