Rubi ball, la frayeur avant la gloire

Autres informations / 25.01.2010

Rubi ball, la frayeur avant la gloire

PAU, Dimanche – 123e Grand Prix de Pau-Biraben Foie Gras

André Labarrère (Gr3)

 « J’aurais pu tomber

à la douve mais, aujourd’hui, Rubi Ball ne pouvait être battu que par lui-même.

» Christophe Pieux revient de loin. À l’avant-dernier obstacle, Rubi Ball

(Network) fait une grosse faute et le jockey acrobate s’est alors retrouvé sur

l’encolure. Et par un numéro d’équilibriste dont il a le secret, il a sauvé la

chute et a pu relancer Rubi Ball. C’est à ce moment que l’on a pu constater que

le talent du cheval n’a d’égal que celui de son cavalier. Le pensionnaire de

Jacques Ortet s’est alors relancé pour aller chercher son compagnon

d’entraînement, Quick Fire (Double Bed), qui avait beaucoup de ressources. Vite

revenu à sa hauteur, Rubi Ball a dû sortir le grand jeu pour ajouter un

quatrième Groupe à son palmarès après les Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), Duc

d’Anjou (Gr3) et Morgex (Gr3). Mètre après mètre, il a repris la mesure de

Quick Fire, endurci à l’école des gros handicaps. Et il l’a emporté en grand

champion, en véritable patron. J’ai vraiment eu peur à la douve, a avoué

Jacques Ortet au micro d’Equidia. La classe a parlé. Je pense qu’il va partir

au pré et qu’il ne reviendra pas avant l’automne. Il a tout d’un bon cheval et

il sort de l’ordinaire. Quant à Quick Fire, il me fait plaisir. » L’entraîneur

palois choisit la voie de la sagesse pour son protégé. À 5ans, il est dur

d’affronter ses aînés et un jeune cheval peut vite être écœuré par de durs

combats. C’est pourquoi lui éviter le printemps à Auteuil est une bonne

décision d’autant que Rubi Ball a donné sans compter depuis plus d’un an. Il a

le temps et la classe pour marquer Auteuil à l’avenir.

 

Rubi Ball dans l’ombre d’Or Jack

Comme Christophe Pieux, Jacques Ortet n’hésite pas à

comparer Rubi Ball à son ancien pensionnaire Or Jack (Noir et Or) : « Comme Or

Jack, “Rubi” a beaucoup de cœur et de classe. » Et à l’inverse du cheval de la

famille Vuillard, qui a marqué son époque, Rubi Ball s’est révélé plus précoce

au meilleur niveau. Il est toutefois plus fantasque, comme l’a expliqué

Christophe Pieux : « Le problème, c’est que Rubi Ball est un cheval très

joueur, a expliqué le pilote aux quinze Cravaches d’Or. Si tu veux aller à

gauche, il t’emmène à droite et vice versa. »

 

RUBI BALL, LA FRAYEUR…

 Ortet-Pieux, des

scores inimaginables

En vingt-quatre ans, Jacques Ortet a enlevé pas moins de

douze éditions du Grand Prix de Pau. Il s’est donc distingué une année sur deux

dans ce Gr3. À l’image de son ancien patron, Christophe Pieux a remporté un

nombre impressionnant de Grand Prix palois. Il en compte désormais huit à son

extraordinaire palmarès. Et, dimanche, sa première monte était dans le Grand

Prix. Il nous a expliqué : « Je ne voulais pas prendre de risque. L’objectif

était vraiment de gagner le Grand Prix ».

 

Misérable troisième : la ligne du “Renaud du Vivier” se

répète

Vainqueur du Prix Congress (Gr2) à 3ans, Misérable (Discover

d’Auteuil) a connu une traversée du désert à 4ans. Cet hiver, il est revenu à

son meilleur niveau et il l’a prouvé en accrochant la troisième place du Grand

Prix de Pau derrière Rubi Ball et Quick Fire. La ligne de la course

préparatoire, le Prix Renaud du Vivier (L), s’est répétée et la place du

protégé de Marie-Laetitia Mortier confirme que la génération des 5ans sur le

steeple est d’un bon niveau. Tell No One (Poliglote) a conclu seulement

quatrième après avoir été rapidement “à la poussette”. Ramsès Bleu (Pistolet

Bleu) n’a jamais été vraiment en course et ne semblait pas dans un grand jour.

Guy Cherel devra donc attendre pour signer une première victoire dans le Grand

Prix de Pau.

 

Ograndy succombe à une crise cardiaque

Bien en course, Ograndy (Cyborg) a été arrêté avant de

tituber pour finalement s’effondrer, victime d’une crise cardiaque. C’est le

triste épilogue d’une belle carrière pour le représentant “Papot” qui avait

terminé troisième du dernier Grand Prix palois et s’était imposé dans le Grand

SteepleChase de Bordeaux (L) à l’automne 2009.

 

Le propre frère de Quecy de Chadzeau

Élevé par Jean-Louis Berger et P. Duvignaud, Rubi Ball est

un fils d’Hygie (Lute Antique), qui n’a pas couru. Avant Rubi Ball, elle avait

donné naissance à cinq produits, dont Quecy de Chadzeau (Network), gagnante du

Grand Steeple-Chase de Craon (L) en

2009. Après Ruby Ball, suivent une femelle yearling et un foal

mâle, tous deux par Robin des Champs.