Long run poursuit sa préparation pour le festival de cheltenham

Autres informations / 14.02.2010

Long run poursuit sa préparation pour le festival de cheltenham

INTERNATIONAL

En deux sorties en Angleterre, Long Run (Cadoudal) est resté

invaincu ce samedi en s’emparant avec beaucoup de facilité d’un Gr2 à Warwick

pour sa rentrée 2010. L’ex-champion de Guillaume Macaire, passé des haies au

steeple en France avec brio, poursuit désormais sa carrière sur le steeple

anglais et toujours sous les couleurs de Robert Waley-Cohen. Il reste celui que

le public tricolore a connu : un cheval hors norme possédant une importante

capacité d’adaptation.

Ce samedi était une préparation en vue de l’Arkle Chase

(Gr1) ou du RSA Chase (Gr1), à Cheltenham. Long Run courrait sur 3.200m dans ce

Gr2, mais avec ce qu’il a réalisé en France et la manière dont il a gagné cette

préparatoire, il ne fait aucun doute que les trois miles (4.800m) du RSA Chase

ne lui poseront aucun problème. Lon Run a couru sur 4.400m, en France, dans le

Prix Maurice Gillois (Gr1), le grand steeple des 4ans qu’il a remporté très

facilement. Avant l’heure, rien n’était sûr concernant la distance, mais Long

Run ce cheval qui s’adapte avait su doser l’effort.

Son jockey, Sam Waley-Cohen, le fils du propriétaire de Long

Run, Robert, a déclaré dans les colonnes du Racing Post ce samedi : « Je suis

ravi qu’il l’ai fait comme cela, en me tirant vraiment pour y aller ! Il a

encore beaucoup de choses à apprendre, mais c’est un cheval fantastique. »

 

Robert Waley-Cohen : « Nous ne pouvions pas faire mieux ! »

Le pensionnaire de Nicky Henderson s’est imposé avec la

manière, mais a surtout bien travaillé et pris du moral avant l’objectif du

mois de mars. Son propriétaire notait : « Nous ne pouvions pas faire mieux que

gagner par douze longueurs comme il l’a fait ! Nous allons désormais discuter

de la suite : l’Arkle Chase ou le RSA ? Rien n’est encore arrêté. Nous avons

couru sur 3.200m simplement parce qu’il utilise ainsi moins d’énergie que sur

4.800m. Je ne suis pas sûr d’avoir déjà été plus sage qu’aujourd’hui en courant

ce Gr2 sur 3.200m ! » Robert Waley-Cohen a ensuite ajouté : « Il a une

excellente vitesse de croisière, une belle pointe de vitesse et beaucoup

d’endurance. Le choix n’est donc pas évident entre les deux objectifs de

Cheltenham et c’est un défi intéressant. Nous allons tout étudier avant de

faire notre choix. En fonction du terrain, s’il est lourd ou bon, nous opterons

pour telle ou telle course. »

 

Pour faire mieux que sa sœur, Liberthine

Elevé par Marie-Christine Gabeur, Long Run est le frère de

Liberthine (Chamberlin), deux fois gagnante à Auteuil et lauréate d’un Groupe

3…à Cheltenham. Mais ses éleveurs, rencontrés à plusieurs reprises sur la Butte

Mortemart pour évoquer la famille du champion, nous avait parlé d’une autre

performance de cette jument, qu’ils mettent au dessus de tout. En 2007,

Liberthine a pris la cinquième place du Grand National (Gr3) à Aintree. La

course anglaise mythique entre toutes, plus encore que le Gold Cup (Gr1) de

Cheltenham. Il s’agissait d’ailleurs de la dernière sortie de la jument. Cet

hiver, son frère Long Run a donc les moyens de faire beaucoup mieux que sa sœur

sur le steeple de Cheltenham.

La mère de Long Run, Libertina (Balsamo) a couru vingt et

une fois, remportant une course sur les haies de Pau. Outre Liberthine, elle a

donné Bica (Cadoudal), double lauréat à Auteuil et vainqueur sur les gros

obstacles anglais. Elle a aussi donné Nadal (Cadoudal) qui n’a pas en trois

sorties eu le temps de montrer son réel potentiel. Pour l’anecdote, le poulain

a été nommé avant l’émergence du champion tennisman espagnol homonyme. Il n’y

avait nullement de divination dans le choix de Marie-Christine et Benoît Gabeur

: simplement l’association de la dernière syllabe de LibertiNA et de CadouDAL.

Un hasard heureux…