Suspension provisoire pour le fonds de reconversion : la ligue de protection prend la parole

Autres informations / 16.02.2010

Suspension provisoire pour le fonds de reconversion : la ligue de protection prend la parole

 

En complément du communiqué de France Galop, la Ligue

Française pour la Protection du Cheval souhaite apporter quelques précisions

aux socioprofessionnels, dont certains ont manifesté leur mécontentement face à

la suspension provisoire du fonds de reconversion.

 

30.000€ de déficit. La décision d’arrêter temporairement la

prise en charge de nouveaux chevaux a été prise par France Galop en

concertation avec la Ligue, compte tenu d’un déficit de 30.000€ sur l’exercice

2009. Il est impératif de combler ce déficit avant de recommencer à accueillir

de nouveaux chevaux, sans quoi la Ligue se mettrait en péril et son action

principale, qui dure depuis sa création en 1850, auprès des équidés maltraités

et abandonnés, se trouverait entravée à cause du fonds de reconversion des

chevaux de course, ce qui n’est pas acceptable.

 

Mobilisation. Pour que cette opération reprenne, il est

indispensable que les socioprofessionnels se mobilisent pour adhérer à l’accord

de prélèvement sur leurs gains de courses. L’effort est à relativiser : en

effet, il reste à la charge  d’une  personne  physique  un  montant  de

0.34/1000ème  de ses gains

de courses, du fait de la reconnaissance d’utilité publique de la Ligue.

Le vœu le plus grand de la Ligue est que les acteurs des

courses rejoignent le fonds de reconversion : les chevaux de course, comme les

autres, peuvent vivre maintenant très fréquemment au-delà de 30 ans, grâce aux

progrès de la médecine vétérinaire. Il est absolument impératif de leur offrir

une seconde carrière, quelle qu’ait été leur réussite dans leur première

carrière de course, qui ne dure qu’une petite dizaine d’années pour les plus

âgés.

De nombreux socioprofessionnels témoignent de leur soutien

et ne comprennent pas qu’il n’y ait pas une plus forte adhésion au fonds de

reconversion. C’est la seule solution pour pérenniser ce mouvement, dont

l’arrêt définitif nuirait à l’image des courses de galop.

 

France Galop et la Ligue vont communiquer à nouveau dès la

reprise des courses à Paris pour rassembler les acteurs des courses de galop

autour de ce projet.

 

La Ligue Française pour la Protection du Cheval, qui s’est

engagée en septembre 2007 dans ce partenariat et le soutient depuis avec toute

l’énergie de son réseau de bénévoles, compte sur la compréhension et l’adhésion

de tous.