Une photo, une évidence et un miroir en trompe-l’œil

Autres informations / 04.02.2010

Une photo, une évidence et un miroir en trompe-l’œil

Cagnes-sur-Mer, Mercredi Prix de la Corniche Fleurie

Mercredi, suite à la déclaration de l’arrivée officielle du

Prix de la Corniche Fleurie (1er Poinçon de France et 2e Lupa Sola),

c’est la stupeur sur l’hippodrome de Cagnessur-Mer et devant les téléviseurs.

En effet, quelques minutes plus tôt, une fois le poteau

passé, William Walton, entraîneur de Lupa Sola, est interrogé par les

journalistes d’Equidia qui lui annoncent qu’il a gagné. Bien que sceptique – il

demande confirmation de l’arrivée au journaliste qui l’interroge –, il accepte

volontiers cette affirmation. En effet, il paraît “évident” sur la photo que

Lupa Sola, venue le long de la corde est en tête. Or, la photo correspond en

fait à une double image. En bas, la photo numérique – officielle –, et en haut

la photo du miroir. Malgré ces certitudes, c’est Poinçon de France, que tout le

monde a vu deuxième sur la photo miroir, qui est déclaré vainqueur. La solution

à cette énigme visuelle viendra un peu plus tard quand, sur Equidia, Robert

Roucayrol, Président de l’hippodrome, expliquera que le miroir n’est pas

parfaitement perpendiculaire à la piste et que la photo du miroir ne fait pas

office de photo officielle. Bien que claires et logiques, ces explications

n’ont pas été perçues de la même manière par tout le monde. Pour ce cas

d’école, JDG a interrogé les entraîneurs des deux premiers, William Walton et

Patrick Monfort, ainsi que Robert Roucayrol et chacun a donné ses explications

et son point de vue

 

William Walton, entraîneur de Lupa Sola : « J’ai vu Monsieur

Roucayrol, qui m’a montré la photo sur laquelle s’est appuyé le juge à

l’arrivée. Moi, j’ai vu également la première photo, avec le miroir, qu’Equidia

a montré. Et sur cellelà, il est pour moi flagrant que j’ai gagné. Mais on m’a

expliqué que pour des cas comme cela, on ne s’appuyait pas sur le miroir. Je me

demande donc bien quel est l’intérêt d’avoir un miroir si c’est pour ne pas

s’en servir ! Cette décision a mis tout le monde mal à l’aise. Les gens

d’Equidia d’abord, qui m’ont annoncé sur le coup que j’avais gagné. Et moi

aussi, parce que je suis un peu “passé pour un imbécile” quand j’ai été

interviewé, tout content d’avoir gagné. Je pense que la justice aurait voulu

que Lupa Sola et Poinçon de France soient déclaré dead-heat. Nous verrons avec

le propriétaire si nous allons faire appel de cette décision. »

 

Patrick Monfort, entraîneur de Poinçon de France : « Pour

moi, il n’y a pas d’histoire du Prix de la Corniche Fleurie. J’ai vu la photo

officielle avec les commissaires et mon cheval a gagné. D’ailleurs, je revois

encore Franck Blondel en enlevant sa selle qui me dit : “J’ai gagné d’un nez”. Dans

le cas de cette course, il faut bien comprendre qu’il est nécessaire de se

référer à la photo officielle, qui n’est pas celle du miroir. Celle-ci ne

servant qu’à définir les écarts en cas d’arrivées groupées et serrées. Il se

trouve que les journalistes d’Equidia se sont empressés d’annoncer Lupa Sola

gagnante, mais je rappelle que leur travail est de commenter et donc de rester

neutre et de ne pas signifier d’ordre d’arrivée. Il y a une arrivée, il y a des

commissaires et il faut s’y référer. Moi, depuis tout à l’heure, tout le monde

me saute dessus, alors que moi et mon cheval n’y sommes pour rien, puisque le

règlement a été appliqué. »

 

Robert Roucayrol, Directeur de l’hippodrome de

Cagnes-sur-Mer : « Le miroir est juste là pour identifier les chevaux (s’il

s’agit du 2, du 3 ou du 7, par exemple) situés entre la corde et l’extérieur.

Il n’est pas perpendiculaire avec le film d’arrivée, qui est lui, logiquement,

à 90° avec la ligne d’arrivée. D’ailleurs, notre miroir fait 40 cm de large sur

6 mètre de haut. C’est pourquoi qu’avec un peu de vent comme ce jeudi, il ne

peut être parfaitement perpendiculaire à la ligne d’arrivée. Ensuite, seul le

juge à l’arrivée est habilité à donner l’ordre d’arrivée. Chez nous, ils sont

deux et ils ont le droit de demander un certain temps pour donner l’arrivée.

Nous, nous avons la certitude avec la photo officielle que Poinçon de France

est devant Lupa Sola. Dès lors, cela aurait été léser l’entourage du gagnant

que de déclarer dead-heat. Également, je rappelle qu’au niveau du pari mutuel,

cela n’a aucune importance que Poinçon de France ou Lupa Sola gagne. Les

prélèvements sont les mêmes et les sommes reversées aux parieurs également.

Nous n’avons donc aucun intérêt à privilégier un concurrent plutôt qu’un autre.

»               

 

UNE PHOTO, UNE ÉVIDENCE…

Comment fonctionne la photo finish ?

Le quatre août, à Deauville, un cas litigieux de photo avait

eu lieu à Deauville dans le Prix du Cercle (L). Les juges à l’arrivée nous

avaient alors expliqué que les photos finish provenaient d’un film déroulant.

Celui-ci défilait sur l’ordinateur et une fenêtre s’ouvrait dès qu’un cheval

passait le poteau d’arrivée. Ce n’est pas le cas à Cagnes-sur-Mer, comme nous

l’a expliqué Robert Roucayrol. « Cela est l’ancien système, avec un film

déroulant sur une pellicule. Nous, nous utilisons un système numérique. Nous

avons une caméra qui filme tout ce qui se passe devant elle, donc les chevaux

qui passent le poteau d’arrivée. Ensuite, immédiatement après l’arrivée, la

photo finish, avec le miroir, est envoyée sur notre réseau de téléviseurs. Et

c’est cette photo-là, qui n’est pas la photo officielle, qui a été diffusée par

Equidia. »

 

 

LE PREMIER FOAL DE NEW APPROACH EST UNE SŒUR DE TEOFILO

Samedi, un foal femelle aux origines sortant de l’ordinaire

a vu le jour à Darley. Il s’agit du premier produit de New Approach (Galileo),

lauréat en 2008 du Derby d’Epsom et invaincu à 2ans.

La mère de cette pouliche est Speirbhean (Danehill), qui a

déjà donné au haras le champion Teofilo. Et, comme New Approach, Teofilo est un

fils de Galileo. Les coïncidences ne s’arrêtent pas là, car Teofilo et New

Approach étaient tous deux entraînés par Jim Bolger et ont remporté les

Dewhurst Stakes (Gr1). En 2006 pour le premier nommé – qui, blessé, n’a pas

couru à 3ans – et en 2007 pour le second.