Une réunion consultative mais cruciale sur les centres d’entraînement

Autres informations / 10.03.2010

Une réunion consultative mais cruciale sur les centres d’entraînement

UNE RÉUNION

CONSULTATIVE MAIS CRUCIALE SUR LES CENTRES D’ENTRAÎNEMENT

Mardi après-midi, France Galop a organisé, sous la direction

d’Hubert Monzat, une réunion consultative sur le financement des centres

d’entraînement de Chantilly, de Maisons-Laffitte et de Deauville. De l’avis de plusieurs

personnes y ayant participé, cette réunion s’est tenue dans un bon climat,

constructif, chacun voulant trouver des solutions qui permettent à la fois de

combler le déficit des centres sans augmentations trop brutales. Comme cela

était prévu, puisque la commission    était     consultative, aucune décision n’a été

prise. Des pistes ont été étudiées : elles seront soumises au jugement du

Conseil d’administration de la fin mars. En augmentant un certain nombre de

droits d’accès aux différents services offerts par les centres d’entraînement

(droit d’accès à certaines pistes jusqu’à maintenant gratuites, pour les boîtes

de départ, pour certaines catégories de chevaux jusqu’à maintenant exonérées

comme les yearlings, etc.), France Galop ne devrait pas étendre le prélèvement aux

primes, comme cela avait été évoqué. Seules les “allocations victoires”

resteraient concernées par le prélèvement. L’augmentation des droits d’accès aux

divers services devrait être modulée en fonction de la situation de chaque

centre, car tous n’ont pas les mêmes besoins. De ce fait également, certains

centres pourraient atteindre plus vite que d’autres l’équilibre souhaité par

France Galop (60% de financement par les utilisateurs ; 40% par France Galop…

même si ce pourcentage devra lui aussi être arbitré par le Conseil

d’administration).

Au-delà du Conseil d’administration de la fin mars, il est

prévu que chaque site organise dès 2011 sa commission consultative pour

construire son budget en poursuivant le rattrapage. Dans le même esprit, les

recettes des centres d’entraînement devraient être réévaluées chaque année,

pour éviter d’avoir à opérer des indexations trop importantes et trop brutales

tous les quinze ans.

 

 

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.