Longchamp, jeudi

Autres informations / 16.04.2010

Longchamp, jeudi

KALIRAN : ENCORE INDIAN ROCKET

C’est

encore un produit d’indian rocket (Indian

Ridge) qui s’impose dans une course réservée aux 2ans. En remportant le Prix du

Cherche Midi (D), le pensionnaire de Christian Baillet, Kaliran, s’offre même une deuxième victoire consécutive, faisant

suite à son succès en débutant à Bordeaux-Le Bouscat. Sur les quatre courses de

2ans en région parisienne, trois ont été remportées par des produits d’Indian

Rocket, malheureusement disparu l’année dernière. Après captain chop et clara

molesne, c’est donc Kaliran qui triomphe à son tour à Paris. Le

pensionnaire de Christian Baillet est bien sorti des stalles de départ et a

résisté jusqu’au bout au bon retour de lobolito

(Platini), qui se distingue comme la bonne note de la course. Le protégé

de Didier Guillemin a longtemps été pris de vitesse avant de revenir fournir un

remarquable effort. « Il a plus de classe que de vitesse, nous a confié son

jockey, Philippe Sogorb. Il sera mieux avec le rallongement des distances. Il a

été pris de vitesse à quatre cents mètres du but puis a bien fini. » Au printemps,

les 2ans n’évoluent que sur des distances courtes allant jusqu’à 1.100m. La

première épreuve sur 1.200m n’a lieu que mi-mai à Maisons- Laffitte et la

première sur 1.400m, le 15 juin à Compiègne.

 

LA PRECOCITE D’INDIAN ROCKET

Élevé

par son propriétaire, Maxime Jarlan, Kaliran est un nouveau lauréat précoce de

son étalon Indian Rocket. L’étalon qui a gagné un Gr2 à 2ans transmet

quasi-systématiquement sa précocité à ses produits. atabaska (Ashkalani), la première mère de Kiluran, n’a jamais été

vue en compétition et Kaliran est le seul de ses trois produits à avoir vu un

champ de course. Sa deuxième mère, Bela

cara (Law Society), était sous la férule de Jean-Claude Rouget. Elle a

gagné trois courses sur des distances comprises entre 1.500m et 2.400m. Elle

est la mère de huit produits dont cupercoy

(Crack Regiment), un cheval appartenant également à Maxime Jarlan, qui

n’a couru qu’à 2ans et qui a gagné le Prix Pensbury (B – 1.100m) à Chantilly,

avant de se classer quatrième du Prix Robert Papin (Gr2).

 

PRIX

D’ESCOVILLE (D)

CHASING HALOS GAGNE COMME UN GRAND

Les

chevaux d’André Fabre arrivent en forme en ce milieu de mois d’avril. À l’image

de chasing Halos (Elusive Quality),

qui a remporté le Prix d’Escoville (D) en laissant une bonne impression ce

jeudi à Longchamp. Cette épreuve peut être un bon tremplin vers les courses

classiques du printemps. En 2008, Falco

(Pivotal) y avait brillé avant de remporter la Poule d’Essai des

Poulains (Gr1). Chasing Halos a le droit d’y prendre part. Un temps pris de

vitesse, ce grand modèle a mis du temps à trouver son action mais lorsqu’il a

été équilibré par son jockey, il s’est imposé en quelques foulées. « Lors de

ses débuts, on a su que c'était un élément de bonne valeur, confie Maxime

Guyon. Aujourd'hui, il a été un peu pris de vitesse durant le parcours. Il est

d'un modèle imposant et a besoin de temps pour se mettre dans le bon tempo. Il

a très bien terminé. C'est de bon augure pour la suite. » Dans son sillage,

c’est le top weight Pink Gin (Kouroun)

qui a pris la deuxième place après avoir bénéficié du bon parcours dans le dos

de l’animateur. Il a pleinement satisfait son entourage et particulièrement son

entraîneur, Jean- Marie Béguigné. « Ce qu'il fait aujourd'hui est très bien, d'autant

qu'il rendait un kilo et demi au gagnant et qu'il n'est évidemment pas à cent

pour cent de ses moyens. À la sortie de la fausse ligne droite, tandis que

certains étaient déjà accompagnés aux bras, le mien suivait encore librement le

leader. Quand il sera encore mieux physiquement, il pourra donc aller encore

plus loin, avant de placer sa pointe de vitesse. Il devrait désormais courir

une "A" sur 1.800 mètres avant d'aller probablement sur le Prix Daphnis

(Gr3). »

 

SANTINO VERS LES GUINEES ALLEMANDES

L’entraîneur

français basé en Allemagne, Jean-Pierre Carvalho, présentait Santino (Rock of Gibraltar). Troisième

de la course en se défendant jusqu’au bout, il a fait plaisir à son mentor : «

Selon moi, le lot vaut mieux qu’une "D" et son comportement me

satisfait beaucoup. Le cheval manquait encore d’un peu de condition. L’hiver a

été très long en Allemagne et il devrait logiquement monter en forme. Je ne sais

pas encore si on va revenir en France avec lui car il a d’autres objectifs,

comme le Mehl-Mülhens Rennen (Gr1) [Poule d’Essai des Poulains allemande,

ndlr]. »

 

DEFAITE DES FAVORIS

Le

Prix d’Escoville distinguait trois grandissimes favoris, Bundestag (Dansili), iokastos (Medicean) et Ephémère (Sèvres Rose). Malgré le

rythme sélectif de l’épreuve, ces trois concurrents se sont montrés les plus

brillants pendant le parcours. Le jockey de Bundestag a même été contraint de

prendre les devants, tant sa monture voulait avancer. Iokastos et Ephémère ont

quant à eux consommé trop de "gaz" en queue de peloton pour espérer

un meilleur classement. Le dernier nommé a tout de même pris une bonne quatrième

place.

 

UNE FAMILLE GAGNANTE DE GR1 AUX USA

Élevé par Darley, Chasing Halos est un fils de Ballado’s Halo (Saint Ballado), une

jument qui s’est exprimée aux États-Unis en prenant plusieurs accessits de

stakes. Ses trois premiers produits se sont imposés. La deuxième mère de

Chasing Halos, Goulash (Mari’s

Book), a remporté une Listed et pris la deuxième place d’un Gr3 aux États-Unis.

Elle est ensuite devenue la mère de deux lauréats de Gr1 : ashado (Saint Ballado), la propre

soeur de Ballado’s Halo, championne à 3 et 4ans, qui a remporté sept Grs1 ; et Sun river (Saint Ballado), son propre

frère, qui a gagné les Hollywood Turf Cup Stakes (Gr1) sur la distance de

2.400m.