Prix quo vadis

Autres informations / 21.04.2010

Prix quo vadis

LOUPING D’AINAY FAIT PARLER LA CLASSE

Deuxième

platonique – distancé pour poids non conforme – du Gras Savoye Grand Steeple-Chase

de Paris (Gr1) 2008, louping d’ainay (Saint

Preuil) faisait sa rentrée après un an et demi d’absence dans le Prix Quo

Vadis. Par le passé, il avait souvent eu besoin d’une ou deux courses pour

arriver à son meilleur niveau. Il avait aussi démontré qu’il était un vrai

cheval de tenue fait pour les gros parcours. C’est pourquoi on pouvait avoir

des craintes pour le pensionnaire de François-Marie Cottin sur le tracé des 3.700m

qui se termine par le parcours en huit. Mais Louping d’Ainay a démontré toute

sa classe en s’imposant d’emblée. Monté plus près qu’à l’accoutumée, il a

constamment eu la mesure de ses adversaires, sauf dans le dernier tournant où

sa future dauphine, Queen des places (Sabrehill)

paraissait aller mieux que lui. Mais le gris, uniquement sollicité sur

l’encolure, a contrôlé la phase finale sans problème. « Je suis content, car il

fait une bonne rentrée », nous a simplement déclaré son mentor. La rentrée du

vainqueur du Prix des Drags (Gr2) 2008 est donc prometteuse et cela augure d’un

bon printemps pour Louping d’Ainay. D’autant plus qu’il appréciera les longs

parcours qui se profilent à l’horizon. Reste à espérer qu’il ne connaisse pas

de nouveaux soucis de santé.

 

LE MEILLEUR PRODUIT DE SA MERE

Élevé

par Stéphane Milaveau, tout comme Étoile

d’ainay (Dom Alco), Louping d’Ainay est le meilleur produit de sa famille.

Sa mère, evermine (Perrault)

n’a pas couru. Elle a donné, en plus de Louping d’Ainay, trois autres lauréats

: Koktail d’ainay (Agent Bleu), Malin d’ainay (Lute Antique) et Sirène d’ainay (Dom Alco). Son dernier

produit est yearling, il s’agit de Vanille

d’ainay (Saint des Saints).


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.