Questarabad remet les pendules à l’heure

Autres informations / 26.04.2010

Questarabad remet les pendules à l’heure

AUTEUIL, Lundi – Prix Léon Rambaud (Gr2)

 C’est rassuré, que

Marcel Rolland a accueilli son champion Questarabad (Astarabad), ??JDG Jumping

Star ?, dans le cercle des vainqueurs, à l’issue du Prix Léon Rambaud (Gr2). Le

crack souffrait d’une rhinopharyngite lors de sa dernière sortie, ce qui l’a

empêché d’obtenir un meilleur classement que la quatrième place du Prix

Hypothèse (Gr3). Lundi à Auteuil, il a remis les pendules à l’heure et ses adversaires

à distance. Deux étrangers étaient pourtant venus compléter les rangs des

prétendants, mais eux non plus n’ont pas pu contester la supériorité du

champion. Bien détendu à l’arrière-garde, malgré le train peu soutenu,

Questarabad s’est rapproché dans la ligne d’en face, sans se montrer brillant,

puis son jockey est allé chercher le rail extérieur dans la phase finale et a facilement

dominé Jumbo Rio (Captain Rio) et Grande Haya (Solid Illusion). « C’est très

rassurant, confie Marcel Rolland. Régis Schmidlin a pris la décision de se

rapprocher au milieu de la ligne d’en face, il a eu raison parce qu’il n’y

avait pas beaucoup de train et ça aurait été plus difficile de remonter tout le

peloton dans la dernière ligne droite. Lorsqu’il s’est rapproché au milieu des

autres chevaux, le cheval n’a pas tiré. Il continue d’apprendre son métier et

sait de mieux en mieux gérer ses efforts. » Ses adversaires sont désormais

prévenus, son échec du Prix Hypothèse n’était lié qu’à un problème de santé qui

est désormais résolu. Avant l’échéance de la Grande Course de Haies d’Auteuil

(Gr1), il reste la marche du Prix La Barka (Gr2), qui lui tend les bras.                

 

Jumbo Rio le "Poulidor" d’Auteuil

L’entraîneur irlandais, Edward O’Grady a fait le voyage

depuis l’Irlande pour présenter Jumbo Rio, un cheval pas si inconnu sur la

butte Mortemart. Seul 5ans au départ, il était déjà venu à trois reprises la

saison dernière pour prendre autant de deuxièmes places. Cette fois encore,

c’est avec l’accessit d’honneur qu’il va repartir en Irlande, mais il devrait

revenir en France pour le Gr1 printanier sur les balais. « Je suis à la fois

content et déçu, nous a confié son mentor, parce qu’il a bien progressé depuis

qu’il n’est plus novice et qu’il a le niveau des meilleurs, mais,

malheureusement, cela fait quatre fois qu’il vient ici et il a toujours été

battu. On va certainement revenir courir la Grande Course de Haies d’Auteuil,

mais pas la préparatoire. C’est un cheval qui aime ce genre d’hippodrome tout

plat. Il n’apprécie pas les parcours britanniques qui montent et qui

descendent, c’est pour cette raison qu’il ne s’est pas bien comporté à

Cheltenham et qu’il n’a pas fait le festival de Punchestown. »

 

Grande Haya fait de la résistance

À 11ans, Grande Haya ne paraît pas vouloir s’arrêter là. Le

protégé d’Alain Bonin a une nouvelle fois fait sa course et a pris une bonne

troisième place. Grande Haya a besoin de plusieurs courses pour retrouver son

meilleur niveau et sera certainement au top de sa condition physique dans la

Grande Course de Haies d’Auteuil, d’autant plus qu’il n’est jamais aussi bon

que sur les longues distances. Le parcours de ce Gr1 sera plus long de 1.200m

que celui du Prix Léon Rambaud, c’est de bon augure pour lui.

 

Melcastle en progrès

Huitième pour sa rentrée sur les obstacles dans le Prix Hypothèse,

Melcastle (Medaaly) a nettement progressé en prenant la quatrième place. « Il

lui manquait cette course, explique Sébastien Culin. La prochaine fois, je pense

qu’on sera dans les trois premiers. » Le rendez-vous est donc fixé pour le 6ans

de Bernard Goudot.    

Aux origines de Questarabad : Insoumise, née d’une trotteuse

Élevé par Jean-François Colas, aux Terres Noires,

Questarabad est né de l’unique souche de son élevage, celle d’Insoumise

(Novitur). L’éleveur nous avait déclaré à ce sujet : « Le point commun entre

toutes les juments de mon élevage est Insoumise, une jument de mon père que

j’ai fait naître. Elle était près du sang et remonte à une trotteuse, Baguette,

sa troisième mère. C’est cette Baguette que mon père a croisée à un pur-sang

[Triolet IV, ndlr]. Elle lui a donné Miss des Terres Noires, la grand-mère

d’Insoumise. » Puis, l’homme avait ajouté au sujet des

croisements de ses juments : « J’ai construit mon élevage en

allant à de bons étalons   pour

renforcer ma souche. En fait, dans les années 80, je ne

pouvais pas aller aux reproducteurs des Haras nationaux car mes poulinières

n’étaient pas qualifiées. Je m’en suis donc sorti en mettant de l’argent dans

le privé. J’ai utilisé Cyborg, Cadoudal, Kadalko, Mansonnien. Dans le choix de

mes étalons, je fais attention à leur lignée maternelle. J’aime que l’étalon

ait des frères et sœurs qui ont couru à bon niveau ou que la famille soit

vivante. »