Deux poules, deux théories

Autres informations / 16.05.2010

Deux poules, deux théories

Premier sommet classique de la saison française, les Poules d’Essai

(Grs1) ont réuni deux champs de partants à l’interprétation différente quand on

se penche sur le "papier". Chez les pouliches, tout est limpide, avec

seulement dix concurrentes au départ, deux gagnantes de Gr1, une lauréate d’une

préparatoire et la malheureuse du Prix de la Grotte (Gr3) qui avait montré de

belles choses à 2ans. Ces quatre-là sont Special Duty (Hennessy), Rosanara

(Sinndar), Joanna (High Chaparral) et Barouda (My Risk) et il ne serait pas du

tout étonnant qu’elles occupent à l’arrivée les quatre premières places. Si la

"solution" d’avantcourse est pour l’instant claire, l'épreuve possède

un très grand intérêt. Et cette saveur, c’est Special Duty qui l’apporte,

puisqu’elle tente le difficile doublé 1.000 Guinées Poule d’Essai (Gr1) elle

qui a gagné les "Cheveley" à 2ans -, plus réalisé depuis Ravinella en

1992, qui était déjà entraînée par Christiane Head-Maarek. En 2007, Finsceal

Beo était proche de l’exploit, mais Darjina était venue la coiffer d’une tête.

Une Darjina entraînée par Alain de Royer Dupré, qui présente cette année

Rosanara, lauréate du "Marcel Boussac" (Gr1). Autrement dit, les

gagnantes des deux meilleures courses pour pouliches de 2ans en Europe

s’affrontent dans la Poule d’Essai. Un match dans le match, que demander de

mieux ?

 

Côté mâles, c’est plus flou. Cela ne veut pas dire qu’un

cheval d’élite ne va pas sortir de la Poule, mais il est difficile avant la

course de déterminer où il se cache. Le grand nombre de partants (seize) fera

des malheureux, c’est sûr, avec les chevaux à l’extérieur qui sont

désavantagés. Il y aura des leaders et on assistera certainement à une lutte à

couteaux tirés. Les Britanniques attaquent en force et sont accompagnés d’un

Allemand, cela peut vouloir dire deux choses : soit les Français ne font pas

peur, soit les Britanniques n’ont pas une grande génération et tentent de

courir tout ce qui se court en espérant faire mouche. Chez les mâles, les

lignes forgées à 2ans se croisent et se décroisent et le seul qui ait des

performances solides et indéboulonnables reste Siyouni, jamais sorti des deux

premiers au cours de sa carrière.

Chacune à sa façon, les éditions 2010 possèdent quelque

chose qui les rend intéressantes. Les Poules d’Essai existent pour faire

ressortir une élite – c'est ce que l'on appelle les Classiques – et ce sera le

cas dimanche. Chez les pouliches, on sait d’où l'élite va venir, chez les

mâles, non. Mais l’important est de regarder où l’on va, pas d’où l’on vient.