Jean-louis de watrigant : « les chevaux caractériels sont bien souvent des chevaux qui ont de la qualité »

Autres informations / 24.05.2010

Jean-louis de watrigant : « les chevaux caractériels sont bien souvent des chevaux qui ont de la qualité »

AU CŒUR DE L’ACTU     

Championne aux airs de diva, Goldikova (Anabaa) a une

nouvelle fois fait des difficultés derrière les stalles de départ du Prix

Ispahan (Gr1), dimanche à Longchamp. En treize courses, la jument s'est

toujours élancée, mais elle est comme cela, elle fait des manières derrière les

stalles, en course, pas à l'écurie. Lundi, JDG est allé à la rencontre de

Jean-Louis de Watrigant, starter, et de son équipe de pousseurs et tireurs. Les

hommes du G.T.H.P. nous ont confié leur impression sur le retour de celle qui est

aussi leur championne.

Les nombreuses victoires de Goldikova sont le fruit du

travail de toute une équipe, éleveur, entraîneur, cavaliers… Mais aussi celui

du travail des pousseurs et tireurs des hippodromes parisiens qui, à chaque

fois, sont parvenus à faire entrer Goldikova dans sa stalle. « Goldikova a

toujours fait des difficultés, nous raconte Jean-Louis de Watrigant, mais une

fois qu’elle est prise en main, c’est quasiment fait. Dimanche, elle était un

peu plus difficile que d’habitude, elle voulait certainement nous montrer

qu’elle était bien là. Je crois aussi beaucoup aux phénomènes saisonniers. Au

printemps, les juments sont sous l’influence de leur sexe et très souvent, nous

le ressentons aussi lorsqu’il faut les rentrer dans les stalles. »

Après plusieurs mois d’absence, Goldikova a retrouvé avec

plaisir les quatre pousseurs de Longchamp, Yves Noé, Laurent Pastourel, René

Mascle et Stéphane Alcalde, ainsi que Nicolas Guesdon, qui jouait le rôle de

tireur. « On n’appréhende jamais quand on la voit arriver mais on sait à quoi

s’attendre», raconte René Mascle.

« Et on a surtout l’avantage de bien la connaître, précise

Yves Noé. J’étais déjà là quand il a fallu la dresser le matin à Chantilly.

Elle adoptait d’ailleurs un comportement bien différent. Il a fallu la pousser

un peu mais elle n’a pas montré autant de caractère, alors qu’hier à Longchamp,

elle nous a accueillis d’une ruade. » Plus joueuse que méchante, Goldikova

connaît bien les hommes qui la manipulent le jour de la course.

« Elle nous reconnaît quand elle s’approche de nous. Je le

vois plus comme un jeu, plutôt que du mauvais-vouloir», analyse Yves Noé.

 

La marque des bons chevaux

« C’est vraiment quand les chevaux le veulent, qu’ils

entrent dans les boîtes, poursuit Jean-Louis de Watrigant. On a aussi remarqué

que très souvent, les chevaux problématiques révèlent des similitudes dans

leurs pedigrees avec ceux qui en avaient déjà posé, mais aussi que les chevaux

caractériels, sont bien souvent des chevaux qui ont de la qualité. Ça n’est pas

une vérité mais c’est bien souvent révélateur. Il y a beaucoup de points

communs avec les hommes, les personnes douées sont souvent celles qui savent

aussi s’imposer. »

Pour sa prochaine sortie, la représentante de la casaque

Wertheimer & Frère n’aura pas ses pousseurs et son tireur habituels. Elle

devrait s’élancer dans les Queen Anne Stakes (Gr1) lors du meeting de Royal

Ascot. Elle n’avait pas posé de véritables problèmes l’année dernière lors de

sa victoire dans les Falmouth Stakes (Gr1), mais cela n’empêche pas le starter

d’être sceptique. « En Angleterre, ça ne va pas être évident mais elle est

tellement aléatoire. Ça peut très bien se passer comme son exact opposé. Je ne

dis pas que l’équipe du

G.T.H.P. est meilleure que son homologue britannique, mais

nous avons l’avantage de bien la connaître. »

 

GOLDIKOVA SUR LE RANG D'ALLEZ FRANCE ET OUIJA BOARD

Quand Goldikova (Anabaa) a remporté le Prix du Haras de

Fresnay-le-Buffard – Jacques Le Marois (Gr1), JDG avait dressé une liste des

plus grandes gagnantes de Grs1 européennes. Avec six succès au plus haut niveau

à l'époque, Goldikova arrivait en sixième position derrière Ouija Board et

Allez France. Dimanche, en enregistrant sa huitième victoire de Gr1 (après

avoir gagné le Breeders' Cup Mile, Gr1), la championne de l'écurie Wertheimer

& Frère est remontée dans le classement pour figurer sur le même rang que

Ouija Board et Allez France. Et sa forme montrée pour sa rentrée, dimanche,

incite à penser qu'elle ne s'arrêtera pas là.