La belle pointe de vitesse de djelana

Autres informations / 17.05.2010

La belle pointe de vitesse de djelana

 

Toulouse, Lundi

Prix Nefta (Gr2 PA)

Dans une épreuve réunissant un lot de femelles de qualité et

dont l’issue semblait incertaine, c’est finalement la pensionnaire de

Jean-Pierre totain, djelana (Al Sakbe) qui s’assurait d’un beau succès dans ce

semi-classique pour Arabes purs. La plus prompte au départ, Jade du Paon

(Dormane) prenait la direction des opérations suivie par djesireh (Prince

d’orient) à la corde, flanquée de vivamaria (Njewman) sur son extérieur. La

future gagnante, djelana, étant placée en dernière position du petit peloton.

quand les choses sérieuses ont commencé, c’est pourtant elle qui déboîtait à

mi-ligne droite et "transperçait" ses adversaires au prix d’une superbe

accélération, suivie dans son sillage par dahwa (tidjani) que l’on avait vue

flamboyante à toulouse récemment et d’al ryma (Akbar), très malheureuse au

moment où elle cherchait le passage et qui terminait en trombe après avoir été

décalée en pleine piste. ocyrrhoé (Al Nasr), lauréate du qatar French Breeders’

Challenge pour pouliches de 4ans à SaintCloud (Gr1 PA) et dont c’était la

rentrée, n’a jamais été dans la course, battue dès l’entrée de la ligne droite

finale. Jean-Pierre totain, entraîneur de la gagnante, nous a déclaré : « C’est

une jument qu’on a toujours estimé mais elle tombe toujours sur un

"os" comme en dernier lieu à Dax où elle est battue de peu. on avait

décidé de la courir derrière, décontractée, et, comme elle a une bonne pointe

de vitesse, elle nous a agréablement surpris. C’est en effet une finisseuse

mais elle a un problème, c’est qu’elle est stressée et un peu froide dans un

parcours également ! Je l’avais donc courue sur 1.400 mètres la dernière fois

où j’avais demandé à son jockey d’être très sage avec elle, même si elle a

failli gagner. Ce n’était pas l’objectif car on avait travaillé pour cette

course-là. Je pensais bien courir, même si je redoutais Al Ryma. C’est une

jument qui a gravi un échelon par rapport à l’année dernière. on va regarder le

programme et on ira peut être sur un Groupe à l’étranger. C’est une souche

familiale que je connais bien puisque j’ai entraîné la mère de Djelana, Djema

(Manganate) et je travaille en étroite collaboration avec son éleveur, M.

Bernard Lafond-Puyo. on vend très bien les poulains de cet élevage et on avait

décidé de garder cette jument pour gagner un Groupe et réactiver un peu cette

famille car même si on gagne de l’argent en vendant, la lignée avait tendance à

s’éteindre. C’est désormais chose faite. »