Robert huet : « mon fils a le moral et l'envie de vivre dans les yeux »

Autres informations / 21.05.2010

Robert huet : « mon fils a le moral et l'envie de vivre dans les yeux »

Après le très grave accident d'Hippolyte Huet

 Hippolyte Huet, un

jeune jockey basé à Pau dans l’écurie Jacques Ortet, a été victime d’une très mauvaise

chute            samedi dernier, au Lion d'Angers. Tombé avec Désert Jim,

dans le Grand Steeple-Chase de Printemps, il ne s’est pas relevé. La course a

été neutralisée, les secours sont intervenus sur la piste avant de le

transférer à l’hôpital d’Angers. Joint par téléphone ce vendredi, son père,

Robert Huet, nous a donné des nouvelles de son fils. « Il est conscient mais ne

peut s’exprimer, il est entubé ! Il bouge le bras droit, mais ne peux pas

bouger le gauche, bien qu’il ressente des sensations. Le plus inquiétant : ce

sont ses jambes… Elles ne répondent plus. Il a l’impression d’avoir une plaque

de plomb sur le bas du corps, c’est terrible… Pour nous parler, il s’exprime avec

ses yeux, avec son bras valide. Et nous, parents, le comprenons. Il a un bon

mental, sa famille et ses amis sont près de lui. Sa maman et moi sommes venus à

son chevet. Sa petite amie, Marion, appelle tous les jours et lui parle.

» Après cet entretien par téléphone vendredi matin, son père

nous a rappelé pour nous dire que son bras allait beaucoup mieux le soir-même

de notre interview.

Robert Huet est revenu sur les circonstances de l'accident. «

Il avait gagné avec ce cheval à Toulouse le 30 avril et Monsieur Doumen avait

retenu la monte d’"Hippo" pour cette course. Tombé dans le premier

tiers du parcours, il a été heurté par un cheval qui le suivait. Touché dans le

dos, il a eu la cinquième vertèbre cervicale fracturée. À ce jour, la médecine

ne se prononce pas. Le temps est le seul élément qui puisse faire progresser

son état de santé. L’espoir qu’il puisse se servir de tous ses membres fait

partie de chacun de nous et Hippolyte, fort de ses 19 ans, a le moral et

l’envie de vivre dans les yeux. »

Le jeune homme, natif de l’Aude, est passé par l’AFASEC de

Mont de Marsan et a eu comme maîtres de stage : Robert Litt et Philippe Boisgontier.

Le 1er août 2008, il débutait en course pour son patron Jean-Paul Gallorini à

Enghien. Il a remporté sa première course à Cagnes-sur-Mer, avec Red Matrix, le

1er janvier 2009. En novembre 2009 il est rentré chez Jacques Ortet et s’est

fait vite un nom dans les pelotons. Totalisant dix gagnants pour soixanteet-une

montes, l’année 2010 s’annonçait bien avec sept succès au compteur et son premier

coup de deux à Carcassonne le 1er mai.

Nous lui souhaitons de se remettre au mieux, et espérons le

revoir au plus vite.