Lope de vega, la victoire d’un crack

Autres informations / 07.06.2010

Lope de vega, la victoire d’un crack

SPÉCIAL JOCKEY CLUB 

CHANTILLY, Dimanche

15h40, les chevaux font leur entrée dans le rond de

présentation. l’ambiance est lourde, comme le temps, et beaucoup de chevaux

sont déjà tendus, en eau. C’est le cas de plusieurs concurrents en vue tels ice

blue, Lumineux et surtout Lope de vega : des gouttes de sueur dégoulinent le

long de son ventre. après le rond, beaucoup de turfistes estiment : « Celui-là,

on peut oublier, il a déjà fait sa course… ». Pour autant, en course, il ne se

montre pas brillant, alors que son état pouvait le laisser craindre.

après la course, Maxime Guyon nous expliquait pourquoi le

cheval était comme cela avant le départ : « lope de Vega est un cheval

bouillant, c'est vrai. une fois que la course part, il se détend, mais il lui

faut toujours du rythme. au fil de la course, plus ça avance, mieux ça va pour

lui. »

Dès l’ouverture des stalles, lope de Vega se retrouve sur la

ligne de tête, alors qu’il s’élançait de la stalle 20. « il faut que je revoie

le départ, car je ne sais vraiment pas comment il a fait », nous disait Crispin

de Moubray après la course. « le cheval a de la vitesse, car il a couru sur

1.400m à 2ans, nous expliquait Maxime Guyon. Monsieur Fabre m’avait dit de le

laisser galoper et ensuite j’ai eu la chance de trouver le sillage du leader. »

Dès le départ, vivre Libre, le leader de Planteur, est en

tête et après quelques centaines de mètres de course, lope de Vega parvient à

prendre son sillage et se retrouve juste devant Planteur. il fallait être

"dans le coup", car les trois premiers à l’arrivée se trouvaient dans

la course – dans le bon ordre – juste derrière le leader. avant la fin du

tournant final, lope de Vega prendra la tête et ne la quittera plus jusqu’au

poteau. « lope de Vega possède une grosse accélération, nous disait Maxime

Guyon. Je savais qu’il irait au bout. il n’a eu besoin de personne et a tout

fait tout seul. » Du bord de la piste, le cheval et son jockey étaient

encouragés par les garçons de voyage d’andré Fabre, Richard et Pascal. « allez

Max, sauve-toi ! », accompagnait de la voix Richard. une fois le poteau passé,

les deux hommes avaient du mal à réaliser. Dialogue :

J’en ai les jambes qui tremblent !

-           Vous

n’étiez pas inquiets de voir le cheval en eau ?

-           Non, il est

toujours comme cela, un peu stressé.

-           et de le

voir attaquer de loin, cela ne vous a pas fait peur ?

-           Non plus,

quand tu as le gaz, il faut avancer et Maxime a monté une drôle de course.

les héros du jour reviennent et prennent le chemin du rond,

applaudis par la foule qui vient de vivre une arrivée du "Jockey

Club" fantastique.