Plumania : le sang de blushing groom conservé

Autres informations / 28.06.2010

Plumania : le sang de blushing groom conservé

Le Grand Pedigree

Dimanche, la ???JDG Rising Star ??Plumania (Anabaa) a

remporté le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1). JDG vous propose de découvrir son

pedigree en détail.

 

 

Un croisement spécifique "Wertheimer"

Plumania est née d’Anabaa et d’une mère par Rainbow Quest

(Blushing Groom) et d’après une étude du pedigree, rares sont les chevaux qui

détiennent un tel croisement. Il existe seulement quinze sujets qui présentent

le même pedigree, pour dix qui ont été vus en piste dont sept vainqueurs.

Quatre de ces sept vainqueurs se sont illustrés dans des courses labellisées

Groupe ou Listed mais seulement une s’y est imposée, Plumania.

Notons d’ailleurs que la bonne et prometteuse représentante

de Wertheimer & Frère, Baahama (Anabaa), présente exactement le même

croisement, sans être la sœur de Plumania. Pierre-Yves Bureau, le manager de

l’écurie, nous confiait l’intérêt de conserver la mère de Plumania pour la

bonne raison qu’elle détenait le sang de Blushing Groom (Red God), père de

Rainbow Quest. Cette même statistique, prise avec Anabaa comme père et Blushing

Groom comme père de mère, a donné la championne aux neuf Grs1 : Goldikova.

 

Une mère courage

Featherquest (Rainbow Quest), la mère de Plumania, n’a

remporté qu’une seule course en quinze sorties et a été contrainte d’aller

chercher son maiden à Argentan. Toutefois son palmarès ne reflète pas la

qualité dont elle disposait. Featherquest n’était pas une gagnante en

puissance, mais elle a fait pratiquement l’arrivée de toutes ses courses. Ses

rares échecs ont eu lieu dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), où elle

jouait le rôle de cheval de train de Born Something (Caerleon), une sœur de la championne

et ??JDG Rising Star ? Goldikova (Anabaa) et lors de la dernière course de sa

carrière, où elle ne se classait que septième. « On a conservé Featherquest

parce qu’elle présentait deux particularités intéressantes, nous a expliqué

Pierre-Yves Bureau. D’une part le sang de Blushing Groom, par son père Rainbow

Quest, qui nous tient particulièrement à cœur et d’autre part par sa capacité à

tout donner durant ses courses. Featherquest a fait l’arrivée de treize de ses

quinze courses, certes à un niveau modeste, mais en région parisienne. Son

courage était le signe d’un tempérament qu’on aimait et qu’elle a souvent

transmis à ses produits, comme Balladeuse et Plumania. » 

 

Entraînée par Christiane Head-Maarek, Featherquest a débuté

à 2ans dans l’important Prix de Bonneville (C) à Deauville, une épreuve dans

laquelle elle a pris la quatrième place, devançant de sept longueurs un certain

Vahorimix (Linamix), futur lauréat sur tapis vert de la Poule d’Essai des

Poulains et du Prix Jacques Le Marois (Grs1). Elle a ensuite pris de nombreux accessits

sur des distances comprises entre 1.500 et 2.500m. Elle n’a couru qu’à 2 et

3ans puis est entrée au haras, devenant une remarquable poulinière.

Featherquest est la mère de dix produits, dont cinq d’entre eux ont été vus en

compétition pour autant de lauréats. Elle a mis au monde deux juments black

type, Balladeuse (Singspiel), la sœur aînée de Plumania, qui s’est illustrée en

remportant le Prix de Royallieu (Gr2), à Longchamp, sur 2.500m, et bien sûr

Plumania. Notons que Featherquest est suitée d’une propre sœur de Plumania et

qu’elle a été saillie cette année par Dansili (Danehill).

 

L’extraordinaire production de Featherhill

Il n'en reste pas moins que Plumania est issue d’une

remarquable lignée maternelle, enrichie par Featherhill (Lyphard), sa deuxième

mère, issue de l’élevage "Rothschild".

Featherhill s’exprimait en compétition sous les couleurs du

baron Guy de Rothschild et pour l’entraînement de François Mathet. Loin d’être

une championne, elle s’est toutefois illustrée à plusieurs reprises pour des

accessits au niveau Listed.

Mais c’est au haras et dans son pedigree que Featherhill se

distingue particulièrement. Elle est une fille de la Championne Lady Berry

(Violon d’Ingres), qui a remporté le Prix Royal-Oak (Gr1) en 1973, mettant

ainsi un terme quarante-quatre ans sans victoire féminine dans cette épreuve.

Une fois au haras, Featherhill a produit huit vainqueurs

dont trois chevaux qui sont ensuite devenus étalons. Le plus connu est Groom

Dancer (Blushing Groom), vainqueur de cinq Groupes dont le Prix Lupin (Gr1), la

prestigieuse préparatoire aux derbies, dont il ne prit que la septième place à

Epsom. Tagel (Cox’s Ridge) et Slew the Slewor (Slew O’Gold) sont les deux

autres étalons produits par Featherhill. Suite à la naissance de ces trois champions,

la famille Wertheimer se porte alors acquéreuse de Featherhill aux ventes de

Keeneland, pour plus d’un million de dollars. Elle n’a alors plus produit de

chevaux black type, mais en compte de nombreux à un deuxième niveau, avec

notamment Légèreté (Rahy), lauréate des Prix Malleret (Gr2) et de Royaumont

(Gr3).

 

Plumania, cousine de Falco

Au regard du pedigree de Plumania, figure un étalon lauréat

de Poule d’Essai des Poulains (Gr1) : Falco (Pivotal). Étalon au Haras

d’Etreham, Falco est un petit-fils de Sea Hill (Seattle Slew), qui, elle-même,

est la sœur de Featherquest… la mère de Plumania. Falco s’est imposé dans le

classique de Longchamp, comme Lope de Vega (gagnant de la "Poule"

2010), et il a remporté l’une des Poules d’Essai les plus relevées de

l’histoire des courses et cela avec la

manière. Derrière lui figurent notamment, Rio de la Plata

(Rahy), Thewayyouare (Kingmambo), Tamayuz (Nayef) et Paco Boy (Desert Style),

qui sont tous des gagnants de Gr1.                                   

 

La grande souche "Rothschild" de Lady Berry

Comme nous l’indiquions un peu plus haut, Plumania provient

d’une grande souche de l’élevage du baron Guy de Rothschild, celle de la

championne en piste et au haras Lady Berry.

Lady Berry était une remarquable championne, qui n’a connu

l’échec qu’à deux reprises en huit sorties. La première dans le Prix de Diane

(Gr1) et la seconde dans le Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) de Rheingold

(Fabergé), ce qui est suffisant pour constituer une bonne excuse, d’autant

qu’elle se classait sixième du "Diane" et cinquième de

l’"Arc".

Partie au haras à la fin de son année de 3ans, Lady Berry

est devenue la mère de trois gagnants de Gr1. Le premier en date est Le Nain

Jaune (Pharly), vainqueur du Grand Prix de Paris (Gr1) en 1982 avant de devenir

le père de nombreux champions et plus particulièrement en obstacle. La deuxième

en date est une femelle, il s’agit d'Indian Rose (General Holme), gagnante des

Prix Vermeille (Gr1) et quatrième des Oaks Stakes (Gr1) d’Epsom. Enfin, c’est

Vert Amande (Kenmare) qui boucle la sphère des produits lauréats de Gr1 de Lady

Berry, il a inscrit son nom au palmarès du Prix Ganay (Gr1) et s’est classé

troisième du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) de Subotica (Pampabird) en 1992.

 

 

 

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.