Pour une grande semaine du galop a longchamp-auteuil

Autres informations / 19.07.2010

Pour une grande semaine du galop a longchamp-auteuil

Pendant

une dizaine d’années, l’hippodrome

de l’Allier a été un modèle pour

tous les champs de courses de niveau national. La formule inventée par le tandem Jacques Bouchara-Bernard Ferrand

était coûteuse, mais elle fit ses preuves. Tout

fonctionnait à merveille : "sociopros" ravis, public nombreux,

des partants, du jeu sur le champ de courses et au PMU, etc. Or, sans

parler particulièrement des courses,

il est difficile d’attirer des gens de toute la France dans la cité thermale.

Par exemple, lorsque l’hôtel de luxe des Célestins a été construit, sa

direction a tenté de séduire une partie de la clientèle de Deauville ou

d’autres stations balnéaires. Ce fut un échec, aux raisons multiples et clairement

identifiées : trop loin en voiture (plus de 4h avant la construction des voies pour

automobiles après l’A6), un train

trop lent (3h30 à l’époque), pas de liaison aérienne régulière, pas de

littoral… et un passé historique qui déplaisait à certains clients. Voilà qui montre bien l’exploit

réussi à partir de la fin des années 1990 par les responsables de la Société de courses

de  Vichy,  auquel 

Jean-Luc Lagardère avait

donné toute sa confiance pour mener leur tâche à bien. Et puis, comme chacun le sait, les couteaux sont sortis,

la présidence a changé et la Grande Semaine du Galop a imperceptiblement

évolué. Le nouveau président, Philippe Bouchara,

va devoir réinventer la formule

s’il veut qu’elle soit à

nouveau gagnante. Ce qui est

étonnant, c’est que la Grande Semaine n’ait jamais été copiée. Vichy a pourtant été le seul

grand hippodrome national à voir significativement son affluence progresser, sans en passer par la gratuité

massive. Vichy a choisi d’aborder les problèmes – et de les résoudre – par le

haut. Le meeting coûte-t-il cher ? Plutôt que de faire des économies, la Société

va chercher l’argent où il est, à savoir dans les collectivités locales, Mairie

et Conseil régional au premier chef.

Le sport hippique, dans la guerre qui va l’opposer aux autres sports, va avoir

besoin de simplicité et de lisibilité. Les meetings, de trois jours ou d’une

semaine, font partie de cet effort pédagogique. Tout comme les circuits, comme le Grand National du Trot ou le Défi du Galop. Il serait donc logique et profitable de dupliquer

l’expérience vichyssoise partout.

Pourquoi ne pas organiser, une fois par mois,

un meeting d’une semaine sur

un hippodrome précis ? Ce qui fonctionne à Cagnes, à Vichy, à Deauville ou à Pau ne peut-il pas s’appliquer à La Teste ou

à Longchamp et Auteuil. Oui, à Longchamp et Auteuil surtout, où il faut

envisager sérieusement la création d’une Grande Semaine du Galop à cheval sur les deux hippodromes – avec

stands thématiques, spectacles et tutti quanti. Voilà qui marquerait les

esprits – comme la Foire de Paris ou Roland Garros.

 

 

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.