Prix du bois (gr3)

Autres informations / 04.07.2010

Prix du bois (gr3)

KERATIYA  :

PRÉCOCE ET RAPIDE

Cette année, la gagnante du Prix du Bois (Gr3),

Keratiya (Iron Mask), a été très vite dans les cent derniers mètres. Elle n'est

sans doute pas de la trempe de natagora, Divine Proportions ou Arazi, au

palmarès de cette épreuve de Groupe, mais elle possède beaucoup de vitesse et

de précocité pour s'imposer face à quelques-uns des meilleurs 2ans français

actuellement. Le Prix du Bois se courant à vingt jours d'intervalle du Prix

Robert Papin (Gr2), certains tops-2ans étaient absents ce dimanche. Placée

dernière, sur une ligne extérieure, Keratiya a produit  son effort au dernier moment pour finir fort

et coiffer irish Field (Dubawi)

sur le poteau. Comme l'expliquait Jean-Claude Rouget, l'entraîneur de la

gagnante : « C'est une pouliche qui a une pointe de vitesse courte mais très

vive. Christophe [Lemaire, son jockey, ndlr] l'a parfaitement montée en

attendant au maximum. Pour la suite, le "Robert" arrive un peu tôt.

On va y réfléchir. Sinon, on attendra Deauville et le Prix Morny (Gr1). Je

préfère courir mes 2ans avec de la fraîcheur et je pense que c'est difficile

d'aller courir en Angleterre. C'est une pouliche qui est surtout très précoce.

Je ne pense pas qu'elle dépassera 1.200m. Elle a gagné son Groupe, ce qui

n'était pas forcément espéré au départ avec elle. » Les plus belles joutes

entre 2ans sont évidemment au programme de la gagnante du Prix du Bois. Elle

qui n'en était ce dimanche qu'à sa troisième course, doit posséder encore une

petite marge de progression. Gagnante pour ses débuts un maiden à Bordeaux,

Keratiya n'avait eu que Miss Liberty (Statue

of Liberty – gagnante ensuite du Prix La Flèche (L) pour l'empêcher de

remporter le Prix Pawneese (B). « Elle a toujours montré des moyens. En dernier

lieu, elle a été battue par manque d'expérience par une pouliche qui galopait

et qui avait couru une course de plus qu'elle, a poursuivi l'entraîneur palois.

Je voyais une bonne chance à Miss Liberty dans ce Gr3, donc je ne courais que

pour finir dans les trois premiers. »

IRISH FIELD, LE COURAGEUX

Le deuxième, Irish Field, avait

également couru deux fois avant de s'élancer au départ de ce Prix du Bois.

Entraîné par Mauricio Delcher-Sanchez, il a appris son métier à Madrid où il a

gagné ses deux sorties sur 800 et 1.100m. Dimanche, il a été vite en tête et

s'est montré très tenace pour conserver la deuxième place, battu que du minimum

par Keratiya. Mauricio Delcher-Sanchez nous a déclaré après la course : « La dernière fois,

il avait gagné

tellement facilement que cela nous a décidé à tenter notre chance ici. Je suis très content de mon cheval

qui court très bien et il s'est vraiment montré courageux. »

LONE CAT EST À SA PLACE

Placée le long de la corde, sur une

deuxième ligne, Lone Cat (One Cool Cat) a eu le passage au moment opportun et a

pu fournir son effort. Elle qui avait bien couru dans le Prix La Flèche où elle

a terminé troisième, est encore montée

sur la dernière marche du podium ce dimanche. Son entraîneur, Yves de Nicolay,

nous a fait part de ses impressions : « C'est bien,

ce qu'elle fait aujourd'hui. Car c'est une pouliche qui n'a pas de physique,

c'est un chat. C'est le premier produit de sa mère. Je pense plutôt la courir

dans le Prix de la Vallée d'Auge (L) car pour le Prix Robert Papin (Gr2), j'ai une autre pouliche qui

sera mieux. » Yves de Nicolay pense

à Split Trois

(Dubawi) qui a gagné pour ses

débuts dans le Prix de Sylvie (B).

 

MISS LIBERTY, BATTUE APRES SA VICTOIRE DANS "LA FLECHE"

La

hiérarchie chez les 2ans n'est pas encore établie. La gagnante du Prix La

Flèche, Miss Liberty, n'a pas

confirmé dans ce Prix du Bois, terminant cinquième. Pia Brandt, entraîneur de

la pouliche, nous a expliqué : « Je suis un peu déçue. Le matin,

tout va bien.

Elle n'a pas franchement

progressé sur sa course du Prix La Flèche, mais elle s'est calmée et ça, c'est

positif dans l'objectif d'aller courir sur plus long. Maxime [Guyon, son

jockey] m'a dit que la pouliche n'avait pas eu la même accélération qu'en

dernier lieu. Je ne pense pas courir le Prix Robert Papin, nous allons plutôt regarder pour aller sur

plus long. »

KERATIYA : LA

PRECOCITE DANS LES GENES

Élevée par les Aga Khan Studs, Keratiya est une fille de Kerasha

(Daylami) qui avait débuté victorieusement au

mois de juin de ses 2ans et n'avait   plus   gagné ensuite,

malgré trois performances lui ayant valu à chaque fois une place sur le podium. Mais Kerasha a surtout produit Kermiyan

(Green Desert), deuxième du Critérium de l'Ouest (L) à 2ans.

La proche famille maternelle de Keratiya n'a donc pas montré

énormément de qualité, mais beaucoup de précocité. La deuxième mère, Keraka

(Storm Bird), était également précoce. Elle a gagné un Gr3 sur 1.300m au

Curragh, dès son plus jeune âge, après avoir été essayée dans les Phoenix

Stakes (Gr1) dont elle a pris la quatrième place. Son meilleur produit est Keramani (Linamix), troisième du Prix de

la Porte Maillot (Gr3) à 3ans.