Darley prix de la nonette (gr3)

Autres informations / 23.08.2010

Darley prix de la nonette (gr3)

DEAUVILLE,

DIMANCHE

LILY OF

THE VALLEY EST « UNE BONNE JUMENT DE GR1 

 »

« C'est une bonne jument de

Gr1 », a déclaré Jean-Claude Rouget à l'arrivée du Prix de la Nonette (Gr3) où

sa pou- liche, Lily of the Valley (Galileo), élue JDG Rising Star, a battu un

bon lot. Amenée en progression par son entraî- neur – comme il aime le faire –

Lily of the Valley a remporté sa sixième victoire consécutive. « C'est rare,

très rare », réagit Gilles Forien qui a élevé la pouliche pour Bernard Barsi,

son propriétaire. Jean-Claude Rouget a pour sa part poursuivi : « Christophe

[Soumillon] n'a pas pu monter comme il le souhaitait. C'est une jument qui est,

je pense, meilleure à main gauche qu'à main droite. Elle gagne une longueur,

une longueur et demie en courant à main gauche. Cependant, si elle doit gagner

à Longchamp, elle ira à Longchamp, à main droite ». Quand Jean-Claude Rouget

parle de Longchamp pour sa pouliche, il évoque le Prix de l'Opéra (Gr1) qui est

aujourd'hui la suite logique du programme.

CONTREDANSE RÉALISE SA MEILLEURE PERFORMANCE

Dans la "Nonette", Luca Cumani présentait la gagnante des Oaks italiennes, contredanse (Danehill

Dancer). Après avoir mené les débats, elle a pris la deuxième place, au

courage. Son entraîneur nous a expliqué : « Je suis très content de sa course.

Elle est seulement battue par une bonne pouliche qui est invaincue cette année

et bat de vraies pouliches de niveau Groupe. Contredanse préfère nettement le

bon terrain au terrain souple. Et j'avais dit à Kieren Fallon d'aller devant.

La pouliche est mieux ainsi. Pour la suite de son programme, nous allons

réfléchir, mais le Prix

de l'Opéra est bien sûr une possibilité. »

ZAGORA COURRA À KEENELAND

En prenant la troisième place, la JDG Rising Star Zagora (Green Tune) a réalisé une bonne performance sur une distance trop longue pour elle. La pouliche achetée

cette année par Martin Schwartz est également une pouliche qui peut viser le

plus haut niveau. Mais cela, elle le fera aux États-Unis, comme nous l'a confié

Michel Zerolo, manager des effectifs du propriétaire américain : « Elle devrait aller

à Keeneland pour disputer les Queen Elizabeth (Gr1). Aujourd'hui, elle court bien mais c'est un peu le bout

du monde pour elle. Elle a fait un bon bout puis n'a plus refait de terrain

pour finir. »

NEVER FORGET PRÉPARE LE "VERMEILLE"

La

gagnante du Prix de Malleret (Gr2), Nerver Forget (Westerner) a terminé en

cinquième en avant-dernière position. Mais ce résultat n'a rien de surprenant car la pensionnaire d'Élie Lellouche n'était pas

sur sa distance mais l'entraîneur souhaitait lui donner une course avant le

Prix Vermeille (Gr1, le 12/09), raison de sa présence, donc. Il nous a déclaré

après la course : « Elle court bien, d'autant qu'ils ont été au galop de

chasse. On avait dit à Anthony [Crastus, son jockey,

ndlr] d'attendre et en plus, il ne l'a pas tapée. Sur cette distance

trop courte, face à des pouliches de 1.600/1.800m, on savait que ce ne serait pas évident  de  revenir. 

LE

BON RATING DE LA "NONETTE"

« C'était un bon

lot aujourd'hui et selon le rating, c'est une course sous-estimée qui devrait

être labellisée Gr2. » Jean-Claude Rouget note en effet que le Prix de la

Nonette rassemble tous les ans des lauréates de Gr2 et des placées, voire des

gagnantes, de Gr1. Cette année, c'est le cas de Contredanse, gagnante des Oaks

italiennes (Gr2), de Zagora, cinquième du Prix de Diane ou encore de Never

Forget, gagnante du Prix de Malleret. Mais les exemples sont nombreux lorsque

l'on revient simplement quelques années en arrière. Lors des éditions

précédentes, des pouliches comme Article Rare, deuxième du Prix Saint-Alary

(Gr1) juste auparavant, avait couru cette épreuve, tout comme Treat Gently,

gagnante du Prix de Malleret, ou Diyakalanie, troisième du Prix de Diane.

Jean-Claude Rouget sait bien que le Prix de la Nonette est un Gr3 très relevé.

Il l'a notamment remporté avec Germance en 2006, quelques semaines après qu'elle

ait fait sien le Prix Saint-Alary… On pense aussi à Zainta et à Grey Lilas

parmi les prestigieuses lauréates du Prix de la Nonette…

AUX ORIGINES DE LILY OF THE VALLEY

C'est au Haras de

la Reboursière et de Montaigu que Lily of the Valley est née et a été élevée

pour le compte de Bernard Barsi, un éleveur sans sol qui suit de très près son

élevage. Il étudie les croisements avec Gilles Forien et cette année, ils ont

décidé de présenter la mère de Lily of the Valley, Pennegale (Pennekamp), à Shamardal. La jument est pleine.

Actuellement, elle est suitée d'un foal par Holy Roman Emperor et son dernier

yearling, également par Holy Roman Emperor, a été vendu 160.000€ aux dernières

ventes Arqana. Au sujet de son élevage, Bernard Barsi, nous a expliqué : «

J'avais acheté la mère yearling. Elle n'a rien fait en course, mais elle

possède un bon papier. C'est une famille pleine de vitesse, celle de Pont Aven.

Pennekamp est un bon père de mère, je pense. »


 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.