Deauville, mardi – prix de lisieux  (f)

Autres informations / 04.08.2010

Deauville, mardi – prix de lisieux (f)

CONCEALING, NOUVELLE ÉTOILE DU PRINCE ABDULLAH

Le prince Khalid Abdullah semble bien armé avec ses

pouliches de 2ans. Après avoir vu débuter la JdG rising Star Helleborine (Observatory) dans le Prix Mary

Tudor  (F),  avant 

qu’elle  ne  s’impose 

dans  le  Prix 

Six

Perfections (L), il s’est à nouveau distingué dans

l’important Prix de Lisieux (F). Sa représentante, concealing (Dansili), a remporté cette épreuve aisément sans avoir

à puiser dans ses réserves. Le style de son succès était plai- sant, son

pedigree l’est tout autant puisqu’elle est la sœur de deux chevaux de courses

principales : deux atouts  qui font  d’elle 

une  nouvelle  JdG

rising  Star.   Son jockey, Maxime Guyon, nous a déclaré à

son sujet : « Elle me laisse une bonne impression car elle s’impose avec

facilité. Elle n’était pas brillante et je n’avais pas grand-chose dans les

mains donc je pense que l’on pourra la rallonger. » Vite sur la ligne des

pouliches de tête, Concealing a galopé détendue. Elle a pris nettement la

mesure de one thousand (Anabaa)

à deux cents mètres du disque et elle a filé au poteau avec assurance.

Rappelons que la bonne conference call (Anabaa),

deuxième du Prix Marcel Boussac (Gr1), avait débuté victorieusement dans le

Prix de Lisieux, avant de poursuivre son ascension au niveau des Grs1. Très

belle au rond de présentation et superbe au canter, One Thousand a confirmé la

première impression qu’elle avait laissée avant l’épreuve. Partie très vite en

pleine piste, elle s’est installée en première ligne et s’est remarquablement

défendue dans la phase finale pour prendre le premier accessit. « Nous sommes

très contents de sa performance, d’autant qu’elle était bien en ligne », nous a

dit Robert Nataf, représentant d’Anthony Holmes, propriétaire de One Thousand.

 

MADLY IN LOVE, UN RÊVE QUI

COMMENCE ET QUI MET DE L’AMBIANCE

à l’origine du croisement. «

Lorsque j’ai fait ce croisement, tout le monde me disait que c’était une

connerie de croiser le sang de Mr. Prospector… [Madly in Love est inbred 4 x 3

sur cet étalon, ndlr]. » Madly in

Love, « c’est un rêve qui commence et qui va continuer, concluent les deux

frères. Venir à Deauville pour voir courir ses chevaux c’est vraiment génial.

Nous devrions d’ailleurs rester jusqu’au ventes ». Beaucoup auront été surpris

de l’ambiance qui régnait dans les tribunes

au moment du Prix de Lisieux (F). Dès le départ,

de vifs encouragements sont entendus. Ces cris proviennent de l’entourage de Madly in Love (Slickly), venu en

nombre (une vingtaine de personnes) pour voir débuter la pouliche entraînée par

Jean-Louis Gay. Comme stimulée par tous ces encouragements, Madly in Love

prendra une très bonne troisième place, très encourageante pour la suite de sa

carrière. Elle a encore toute la vie devant elle et elle apporte également de

sérieux espoirs à ses propriétaires, Fahd et Kamal Rachidy, deux frères qui

débutaient là leur premier cheval ! « J’ai la passion du cheval depuis que je

suis tout petit, nous explique Fahd Rachidy. Je vais même d’ailleurs monter à

l’entraînement chez Jean-Louis Gay. Dès que nous avons vu Madly in Love au

débourrage, nous sommes devenus "accro" à elle. D’autant plus qu’elle

est née le 10 mars, qui est la date de mon anniversaire » Les

deux frères sont analystes financiers. Fahd à Londres et Kamal à Hong Kong. « C’est

Bruno Banizette, qui travaille chez Ladbrokes, qui nous a introduit dans le

milieu, nous racontent les frères. Nous avons deux chevaux pour l’instant. En

plus de Madly in Love, il y a City Prince, nommé ainsi par rapport à la City de

Londres. C’est un 2ans par Country Reel qui est aussi à l’entraînement chez

Jean-Louis Gay. Concernant les couleurs de notre casaque, rouge avec une étoile

verte, cela correspond au drapeau du Maroc. En effet, nous sommes fils

d’immigrés marocains. » Madly in Love a été co-élevée par Sonia Delaroche.

 

JEAN-LOUIS

GAY : « J’ÉTAIS CONFIANT »

Dans le rond, de bons bruits

circulaient sur Madly in Love :le matin, elle travaille très bien avec le poulain de Jean-Luc de Pelletan,

Al Hazim, qui a gagné le "Tancarville". Des bruits qui se

confirmeront en course, puisque Madly in Love se classera troisième du pendant

pour pouliches, face à de très gros "papiers".

Cette performance a fait plaisir à Jean-Louis Gay,

entraîneur de la pouliche, qui nous disait : « C’est vrai qu’elle travaillait

très bien, alors j’étais confiant avant la course. C’est une jument très

sérieuse, que j’estime beaucoup, et ses débuts sont vraiment encourageants. Je

venais sur cette épreuve pour pouvoir la situer, car je sais qu’il

n’est pas facile de débuter à Deauville face aux grandes maisons. Elle a de la

vitesse, mais je pense qu’elle pourra être rallongée vu sa fin de course. »

Concernant l’ambiance de feu dans les tribunes, Jean-Louis Gay ajoutait : «

Oui, c’était vraiment extraordinaire ! Je ne vous explique pas si j’avais gagné

! »

LA SŒUR DE WORLD RULER ET

GRAND VISTA

Élevée par Juddmonte Farms, Concealing est la sœur de World Ruler (Dansili), quatrième du

Prix Daphnis (Gr3) et trois fois à l’arrivée de Listeds, et de Grand Vista (Danehill), troisième du

Prix Paul de Moussac (Gr3) et deuxième du Prix de Tourgeville (L) derrière       Vertigineux (Nombre Premier).

Mère de Concealing, Revealing (Halling) avait gagné sa

seule course au mois de septembre de ses 2ans sur 1.000m. Rive (Riverman),

deuxième mère de Concealing, a terminé quatrième du Prix Minerve (Gr3). Elle a

produit singleton (Singspiel), trois fois placé de Gr3 entre 2.400 et 3.200m.


 


AU CŒUR DE

L’ACTU

LES 3ANS ET LE "JACQUES LE MAROIS"

Le

15 août prochain, Goldikova (Anabaa)

tentera le doublé dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard– Jacques Le

Marois (Gr1). Cette épreuve a la particularité de désigner le meilleur miler

parmi toutes les générations. Depuis 1953, les 3ans sont opposés à leurs aînés

et les mâles aux femelles. La réussite de la génération classique dans

l'exercice du mile en ligne droite est étonnante face à des chevaux de métier.

Depuis le doublé de Miesque en 1987 et 1998, soit depuis vingt-deux ans, 68% des lauréats avaient 3ans quand

ils ont gagné. D'après d'autres statistiques calculées sur quinze ans, il faut

être un mâle de 3ans entraîné en France pour avoir un maximum de chance de

remporter le "Jacques Le Marois"… Mais 

heureusement,  à  ce 

niveau  de  compétition, 

 la chance

ne joue qu'un rôle mineur dans la réussite. Et Goldikova, âgée de 5ans, devrait

une nouvelle fois briller dans la grande épreuve sur le mile et faire baisser un peu

plus la très bonne statistique des 3ans.

 LE PROFIL DES QUINZE DERNIERS LAUREATS

67 % étaient des mâles (10 sur 15) 73

% étaient entraînés en France (11 sur 15) 67

% avaient gagné au moins un Gr1 (10 sur 15) (Librettist, Vahorimix, Muhtathir, Dubai Millenium et Miss

Satamixa n’avaient pas gagné de Gr1).

54 % avaient 3ans (8 sur 15) 33

% avaient 4ans (5 sur 15) 13 % avaient 5ans (2 sur 15)

 

 


 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.