Goldene peitsche (gr2)

Autres informations / 30.08.2010

Goldene peitsche (gr2)

INTERNATIONAL

BADEN-BADEN (DE),

DIMANCHE

AMICO FRITZ REMPORTE UNE VICTOIRE MÉRITÉE

Le Goldene Peitsche

(Gr2) est en Allemagne ce que l'"Abbaye" (Gr1) est en France : la

meilleure course pour sprinteurs du pays. Et c'est un pensionnaire d'Henri-Alex

Pantall, amico Fritz (Fasliyev), qui s'est imposé. Après avoir pris un bon

départ, il a patienté puis son jockey, Fabrice Véron, est venu assez tôt entre

deux chevaux, avant que "la porte" ne se referme. Son cheval possède

assez de tenue pour faire les 1.200m et il n'a donc pas hésité à avancer.

Henri-Alex Pantall nous a déclaré : « Il le fait très bien aujourd'hui et

d'ailleurs, sur ce qu'il avait montré dans les Golden Jubilee à Royal Ascot, il

possédait une première chance. » Amico Fritz avait été le premier des Français

en Angleterre en terminant cinquième. Sur cette course, l'entraîneur a ajouté :

« S'il n'avait pas été gêné, je pense qu'il aurait même pu être deuxième ou

troisième ce jour-là. » L'arrivée des Golden Jubilee Stakes (Gr1)

s'était joué en quelques longueurs et c'était Starspangledbanner, le meilleur

sprinteur anglais, qui s'était imposé. Sur cette valeur, Amico Fritz était donc l'un des chevaux de la course, mais il avait terminé dernier du

Prix Maurice de Gheest (Gr1) ensuite. « Il a eu un parcours affreux ce jour-là,

à Deauville. On ne peut pas prendre cette course en référence. Aujourd'hui, il

a remis les pendules à l'heure », a poursuivi l'entraîneur avant d'ajouter : «

Fabrice Véron a monté une superbe course, il est venu s'intercaler entre deux

chevaux au bon moment. » Amico Fritz, gagnant du Prix Cor de Chasse (L) en

France, a remporté la meilleure course de sa carrière après avoir couru dans

des épreuves à réclamer et des handicaps. À 4ans, il est arrivé à maturité. « Il vieillit

bien. C'est un cheval qui a eu des petits

soucis de croissance. Au début, il avait du mal à faire canter, mais peu à peu, il s'est

habitué à son physique et il a appris

à s'en servir », a conclu Henri-Alex Pantall.

OVERDOSE N'A PAS ÉTÉ À LA  HAUTEUR

Vu une seule fois en

piste en 2009, pour sa rentrée, overdose (Starborough), le sprinteur hongrois,

avait connu des problèmes de pieds. Il a recouru deux fois cette année, dans

des courses très modestes, qu'il a gagnées. Ce dimanche, c'était donc un vrai

test, mais nous n'avons pas retrouvé le "vrai" Overdose. Après avoir

fait beaucoup de manières derrière les stalles de départ, au point de faire

tomber Christophe Soumillon, son jockey, il s'est bien élancé, à mené la course

comme il aime le faire, mais il a aussi été battu très rapidement quand les

hostilités ont commencé. Dans les derniers décamètres, quand le cheval n'avait

plus aucune chance de faire l'arrivée, Christophe Soumillon a même préféré

"poser les mains". La vidéo de la course est disponible ici :

http://www.youtube.com/watch?v=7JmYJJYUkhE